En Thalys vers l’an neuf


ça y est, je sais ce que sont devenues les rames de première jadis arrachées au metro et RER francillien.

Elles font la navette entre Bruxelles et Paris, tortillent en quatre langues leur velours ras digne de Pigalle.

J’ai découvert aussi la poubelle dans ces salons supersoniques: entre les deux sièges de devant il y a deux prises de jus, le couvercle de la poubelle est juste au dessus.

Soudain j’aperçois mon humeur et me détourne fissa.

Il est encore tôt et la France se réveille dans notre cosy fracas

Et si j’avais eu un iPhone j’aurai consulté la bourse

car toujours quand j’entre dans ce train d’affaires

il me semble avoir des poules sous les bras, un agneau sur les épaules et du céleri derrière l’oreille.

 

0 Responses to “En Thalys vers l’an neuf”



  1. Laisser un commentaire

s'il vous vient un commentaire, posez-le donc ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.




Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 120 autres abonnés