Archive pour août 2011

Huy 2011

Huy est une très jolie petite ville sur laquelle au mois d’aout fondent une fête foraine, un festival de musiques et les rencontres du théâtre jeune public, des guèpes affolées et d’affolants orages. On pourrait imaginer que le reste du temps est un peu morne, mais c’est oublier la Meuse, le téléphèrique, la centrale toute proche et le grand nombre d’étudiants venus dans cet ourlet du monde passer des jours studieux.

Pour Manuela et le trio Violala dont je salue encore le courage et le sérieux.

 

 

L’été à Bruxelles

Cette ville au souffle court regorge de trésors délicieux, dont l’innatendue voire crainte Mini Europe. Une fois passés la caisse et l’affreuse mascotte des portiques et son ombre paparazzique. Délicieuses toutes ces miniatures, un régal. Régal aussi de voir avec quelle haute subtilité les sponsors se sont placés: Un camion du célèbre anti nauséeu étasunien  traverse les places des capitales fraichement libérée du joug sovietique. Les peuples unis lui font une émouvante haie d’honneur, et ça tourne en boucle ad libitum, à voir!

Attentes


Et sortir enfin.

tout autre chose

…-Alala! Mais tout fout l’camp mon bon monsieur!

-à qui l’dites vous? et tant qu’vous y êtes, passes-moi l’sel.

.

petit creux hospitalier

-Quand est-ce qu’on mange?– Maintenant

et retour

grand honneur que de voyager en première, autre village,pour le m^me prix, du plus cossu, mais le siège qui m’était imparti en avait trop vu et j’y entamais ma décroissance.

puis retour au bercail en quête d’inspiration

j’ai découvert il y a peu les lapins crétins, (hysteriques dirais-je) qui nous changent des lapins inquiètants de jadis dont je me propose de reproduire ci-dessous une version soft (d’après une couverture du grand Jojo Lapin)


à Octon, il y a la calade.

Encore une mystérieuse chambre jaune (à l’éponge)

à Octon, il y a une place, au centre de laquelle coule nuit et jour une fontaine au gai débit, et il se trouve des andouilles pour se garer autour de ce monument à l’eau républicaine, pour encercler de quatrequatres ce symbole de communauté. Pâuvre France, dans quelle mélasses pétroles-tu?

Slow train coming (Bruxelles Montpellier direct)

C’est long parfois un direct.

une petite routine s’installe à bord et c’est un petit village sur rails qui prend forme, et tous respirons la même clim’ et partageons le même contrôleur.

De cet état provient l’ennui, et comme il n’y a pas beaucoup d’abribus à bousiller, on se rabat sur nos portables, journaux ou on va au bar.

L’homme au cigar box guitar n’était pas dans le train, mais j’ai pensé à lui qui aurait sans doute trouvé le moyen d’ouvrir en marche la porte du TGV, qu’on puisse avoir un peu l’impression de vivre et d’avancer.

Et puis c’est terminus, tout l’monde est prié de s’être assuré n’avoir rien oublier avant de quitter le train et o s’éparpille dans la gare, on ne se connait plus le village a disparu, bonsoir. Se dégourdir les jambes, aller sentir le vent à la terrasse du bar.PS: si vous voulez voir un grand de ce monde briller en société, suivez cet édifiant lien

loups transumants au coquelicot

Rue de Laeken, au petit jour…

il peut pleuvoir, mais pas vraiment, et puis enfin, à point nommé s’ouvre la porte du Lion, la droguerie antédilluvienne aux parfums qui purent et durent taquiner les narines de bien des arrières grands mères de France et de Navarre, et comme nous sommes outre quièvrain (du bon côté) on peut en plus dans un bocal piocher un bonbon Child Focus.

et paf! c’etait l’été

.

.dans l’mille!


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 102 autres abonnés