Archive pour janvier 2012

Retour aux transports en commun.

Après un petit tour aux antipodes dont nous reparlerons, l’avion nous a reposé à Orly (sans Bécaud)

et frais comme des gardons, mais moins que le temps, nous fûmes happés par le tourbillon métropolitain.

le premier homme du RER B

Une lectrice de première égarée en seconde de Thalys (membre de l’alliance railteam , faut-il le rappeler?)

Une chambre à Marvejols, loin, très loin de la Bête… hélàs?

comme je me dis toujours : « gnocchi c’est l’automne »

et rien de tel qu’un tour en photomaton pour se reconnaitre (ou pas)

.

Un avion peut en cacher un autre

Ryanair, toute la grâce de dutty free

.

Toute ma vie, j’ai rêvé, mais pas chez Ryan air.

.

.

s’approcher du bord, enfin!

Il y a peut être dans le bus des gens qui n’ont jamais pris le métro

Dans le métro se croisent des gens qui jamais n’ont pris le RER

Dans le RER des tas de gens qui jamais n’ont pris l’avion

Et dans l’avion, combien sont arrivés en taxi?

vaste monde, vraiment.

Mais comme on croit savoir, hélas, depuis longtemps que la terre n’est pas plate, on mesure l’ennui au nombre de hublots aveugles

Et soudain, l’appareil s’est posé…

En Lodévois, je suis moi

Vue de Soubès, entre Lodève et le plateau du Larzac

La même rue, un peu plus tard.

Non loin de là, un peu plus haut à Saint Étienne de Gourgas

(c’est qu’ils s’y entendent là pour te coller des noms aux sonorités généreuses et dramatiques )

en rue, à Lodève, on devise légèrement.

Sur cette même petite place, plus tard, un jeune gars roula son vice en scrutant les quatre coins de l’horizon.

puis je passai au contrôle technique dans une jolie zone d’activité. C’était début décembre et il n’y avait déjà plus de saisons.

Montpellier un jour…

Au Peyrou, je vous l’accorde, hier exsangue j’estois

Mais aujourd’hui ça boume, il me semble,  je crois.

Notez qu’ il y a là-bas un fabuleux cadran solaire dont vous pouvez être l’aiguille, ça détend.

Place de la Comédie en décembre, il y avait un marché de Noël, ça peut paraitre exotique dans le midi, mais de loin, c’est supportable.

Donc, sur fond d’animation tarte mais de saison, doux, dingues et paumés, passantes pleines d’emplettes et anciens combattants en goguette, la place se répand dans les rues alentours et la nuit finit par tomber.

Perspective sur loup préfigurant les poissons éxotiques…

allons savoir

un type las s’assi

C’était encore l’an dernier, et le siècle penchait déjà un peu lui aussi.

Je vais tâcher fissa de rattraper le joyeux retard ici accumulé, et faire les poussières avant que ne passe l’hiver.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 82 autres abonnés