Archive pour mai 2012

Maternité

Dans ce même TGV

.

.

Entre deux messes

 Saint Nicolas du Chardonnet, après l’office, la petite dame rentre chez elle , France eternelle.

TGV pour la démocratie

C’était le grand jour, vers 18heures. Dans le train à peine en retard tout ronronnait lorsqu’un passager venu d’ailleurs entra, s’assit et fit le tour  de son carnet d’adresses pour annoncer que les Suisses et les Belges donnaient déjà les resultats et que le challenger était en tête avec 52,6% et des brouettes transformant un wagon bon enfant en isoloir surpeuplé.

C’est regrettable, le suspens démocratique et une denrée bien rare, sinon illusoire,  et ces désœuvrés de l’info qui prennent une sous-tasse ébréchée pour un scoop feraient mieux de passer leur dimanche à la pêche.

hélas!

Franchement, merci!

Nul en maths, je ne peux que soupçonner les références qu’ont certains compositeurs taquinant de la mesure asymètrique*, du micro intervale et tout le tralala. mais que dire de ce qui suit?

« Soyons exactement le contraire de l’image que certains auraient voulu donner dans un cas inverse« 

Ces mots de l’époux de Carla Bruni au soir du second tour des éléctions présidentielles furent fulgurants, et reconnaissons le, rarement l’enseignement du français n’a reçu de si gracieuse raison d’être . À moins que ce ne fut une technique d’hypnose mais je suis nul en ça aussi.

Et pendant ce temps là, à la Vacquerie, le Poilu du Larzac continue d’être mort pour la France

*lien vers un peu de joie asymétrique

en première

Ni guêpe écrasée,

ni encre, ni bois, ni craie,

ça ne sentait rien que le velour synthétique

mais la joie d’un audacieux pique nique

fut finalement troublée, las!

par les chaussettes méphitiques

d’un nîmois de retour du Texas

Chez Victor Hugo

Chère Tantine,

On a visité hier la maison de Victor Hugo, en fait un appartement (mais pas un petit!) et c’était chouette, ensuite on a mangé à la terrasse d’un chinois rue St Antoine (VH aimait bien la Chine alors) mais c’était pas terrible.

Je t’embrasse.

                                           ton neveu qui t’embrasse

Insécurité

à la gare du Midi, Bruxelles.

Un RER dans la vallée

le RER B traverse Paris en mélant aux naveteurs vers Marne la Vallée son lot de voyageurs d’un jour.

À l’aller enjoués, à peine sourdement troublés par la mythique banlieue qui défile au dehors…

…Une fois la nuit tombée,

ils s’en reviennent exténués,

les derniers survivants de DisneylandParis®

Plöuk

.

Tout le monde doit savoir où c’est et y va sans doute les yeux fermés, alors l’enseigne n’a pas jugé necessaire de baliser le trajet, J’ai donc pu tournicotter un peu en Brabant.

Entré désinvolte, je fus projeté dans le flot déjà dense des figurants,  et tentais de reprendre mon souffle à Alanis Morissette pour parvenir en pleine possession de mes moyens à l’endroit où l’on se saisit des choses.

Entré les mains dans les poches j’eu vite fait les bras pleins de broll et d’un rayon l’autre devai me delester d’articles qui eurent fait la joie du ménage pour en agripper d’autres plus prometteurs encore.

Hélàs! je suis parvenu à sortir sans rien de plus que ce pourquoi j’étais venu, ce qui m’obligea à y revenir deux semaines plus tard, nanti d’un caddy®*.

*ledit chariot ne nécessita pas un kopeck pour rouler, n’est ce pas un peu idéologiquement déplacé?

J’ai bien l’honneur (de gloire) ce vendredi ci…

Ce vendredi donc, j’aurai la joie non dissimulée de faire étalage de deux series d’épreuves qui me sont chères,

pavillons et chiottes européene, dans un noble établissement ixellois. Mais laissons la parole au papillon:

Rue K – Eve, Fré, Fred, Ronan et Sophie,
ont le plaisir de vous convier à leur table d’hôtes
Le 25 mai 2012
Rue Keyenveld, 125 – 1050 Bruxelles


19h30

Apéro

20h

Gravure

– Antoine Blanquart –

Né à Lille à la mort de de Gaulle, élevé au grain à l’ombre des grands arbres à parachutistes.
AB revient de loin et discrètement ne fait que passer, au grès des tournées (il est saltimbanque).

Chemin faisant il croise de charmants pavillons, épatantes brèches dans la banlieue
où se répand la France d’aujourd’hui et les grave tout de go.

Parfois il s’absente aux toilettes.

21h
Repas

Prix:
16 euros (boissons non comprises)
9 euros étudiants

Nous ne pouvons accueillir que 30 personnes,
veuillez donc réserver rapidement à l’adresse ateliers.rue.k@gmail.com.
Pour nous éviter de multiples courriers, seules les 30 premières réservations
seront confirmées par mail.

La Rue K
La Rue K est avant tout un lieu de rencontre. Tous les mois, un artiste vient présenter son travail. Cette année encore, la programmation est éclectique… Nous aurons le plaisir de rencontrer entre autre une chanteuse lyrique et un claveciniste, une réalisatrice de documentaire radio et une autre réalisatrice de films-documentaires. Une sculpteur, une photographe, un illustrateur, une peintre… Tous ces artistes viendront nous montrer
leurs oeuvres, parler de leur travail, de leur regard sur l’art, …

L’idée est que les artistes et le public se rencontrent dans un lieu agréable, intime où le bon vin et les bons petits plats concoctés par nos soins ou par des cuisiniers invités circulent de table en table. On veut que ces soirées restent pour le public un moment ludique,
d’échange, de culture.

Une dernière chose. Nous ne sommes ni un centre culturel ni une salle de spectacle. Nous ne voulons pas faire de bénéfices. Ni perdre nos culottes! On essaie d’adapter les prix de chaque soirée en fonction des dépenses. Nous désirons que le prix soit le plus démocratique possible. C’est pour cela qu’un prix spécial pour les étudiants sera dorénavant proposé
pour chaque soirée.

Le Rue K c’est aussi un lieu de travail. L’équipe de la Rue K y a ses ateliers. Des artistes peuvent louer pour des sommes modiques l’endroit. Pour une répétition. Une lecture. Un atelier. Un casting. Le lieu est, semble-t-il, propice à la création.

Voilà. Bienvenus aux ateliers de la Rue K.

Campagne pour tout le monde?

.

c’est pas tous les jours dimanche

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 115 autres abonnés