Archive pour avril 2013

Au Royalty

.

.

le boss

.

.

Tous les matins que l’Bon Dieu fit

alors qu’à Montpellier estois

j’allions gober au Royalty

un euro vingt de cahoua

à l’heure où dort encore l’anis

avant qu’éclose monoprix

et qu’au boulot tout le monde va

dans ma cuillère se reflestoit

la tranche matinale d’éMTiVi

où l’on ne chante qu’en bikini.

.

.

en terrasse ROYALTy

en terrasse

… au ROYALTY

en attente

20minutes au ROYALTY (Michèle)

en 20minutes

à chacun son aube roylaty

en soi

au bord du monde au ROYALTY

tout au bord

Client ROYALTY

en l’Équipe

sudokumatinal le taï chi du bic ROYALTI

au sudoku

.

les ruines s’érodent

la mode suit

pendant qu’infuse l’habitude

la vie va comme va la vie.

.

selfP au Royallty

en proie… au petit noir

.

.

Richie Havens au ciel

Richie Havens est au ciel,
autant dire qu’il paye pour ses crimes, l’avez vous vu à Woodstock semer avec sa guitare sèche plus de ferveur et d’effroi que Rammstein avec tout leur arsenal ?

.

bad niouze matinale

Freedom…

.

.
Il faut dire qu’il y avait dans ce bœuf brulant une copieuse nuée de mustangs dont Milène Farmer n’est pas près de voir la couleur.

Sachez par ailleurs que Metallica promeut désormais des chaussures de plage.

« Homeland » ou comment casser des œufs sans faire d’omelette.

.

Homeland est une série dont la seconde saison pointe sa fébrile frimousse sur les belges écrans en ce printemps incertain, en voici à gros traits le pitch :

.

Rien n’est simple dans les sales guerres,

Un brave soldat américain a été

Comme une crêpe « retourné »

contre sa mother patrie

par un super terroriste qui l’avait sur le champs de bataille kidnappé

le fit longtemps mijoter pour enfin l’adopter.

Ce GI, c’est Brody

.

panini de Brody d'HOMELAND

Pendant ces huit ans là, chez l’Oncle Sam

un agent de la CIA prenait de la bouteille,

allait au coiffeur et devenait spécialiste es Patriot Act.

Cet agent, c’est Carrie.

.

893CARRIE HOMELAND

Un beau jour d’Irak, à moins qu’il ne fut afghan,

tandis que notre héros au pair étudiait (for dummies) le Coran

un drone piloté depuis une pentagonale Nintendo (par le vice préz’ himself)

vint définitivement bordéliser

la classe du plus jeune fils du redoutable Biz Houn’ Ourss, le super terroriste

et notre GI, privé de baby sitting décida de venger cet amer hic.

Sur ces entrefaites, au coiffeur pour dames

notre agent spécial prenait du galon

et des cachetons d’aspartame

Par une belle ruse de sioux le brave pioupiou revint au pays

retrouver femme, lardons, chizburguères et cotillons

se paya un 4×4, c’est dire s’il est plein d’usage et raison.

Le véloce et vil vice préz’ fera de ce héros national son second pour briguer la Blanche Maison

sans l’emporter au paradis.

L’œil exorbité par le soupçon,

aiguisé par une mèche rebelle aguerrie.

mais le cœur en bigoudi,

sortant du coiffeur puis avec Brody

se débat sous la bannière la bipolaire Carrie.

892 HOMELAND

.

.

le tout sur une bande son farcie de grosses caisses lourdes de sous entendus et de violons prémâchés d’inquiètude

dont l’ornière nous maintient à l’ombre des ficelles d’un scénario qui ferait devenir chèvre les parents de Goldorak

Et les golden globes de pleuvoir sur cette série névropathe qui nous pchite-pchite d’huile essentielle de parano insidieusement antimusulmane.

Et comment ne pas songer à ces foules vidéoprotégées qui dansèrent à Boston leur soulagement à l’issue de la traque de terroristes d’à peine vingt ans?

Et, tiendez-vous bien ma bonne dame, il y a encore une saison!

.

.

La pie l’Azur lie

.

.

735.a

.

.

Suis-je d’un mammifère marin la réplique allégée ?

Un drone en maraude du LAPD ?

Suis-je mascotte des Cure ou alors des Pêches Modes ?

Une émule de Daguerre, de Chaplin, une vieille photo d’Érode ?

Qui nenni oh non point…

Si je lance à l’Azur mes reflets Barbe Bleue

Je suis la pie et c’est tant mieux.

.

.

Maggie, c’est fini…

.

.

Madame T

.

.

à Margaret T,

le rock briton reconnaissant…

la parité un peu moins.

.

.

Mignonne allons voir si l’art ose… (l’empire des sens en goguette)

Les Arts Oseurs , vigoureuse compagnie de théâtre tout terrain, ont poussé sur les rouges rives du mystérieux Salagou et depuis peu on en cause partout.

Cet été j’avais suivi fébrilement leur Livret de Famille sur les austères hauteurs d’Aurillac et m’en réjouis encore alors quand on a su qu’ils jouaient leur tout premier spectacle Au Plaisir dans nos parages immédiats, fissa fîmes le saut de puce…

À l’issue du spectacle, c’est rituel, elles invitent au débat autour du sujet sensible, vaste et sinueux de la sexualité… Pour le coup ce soir-là, c’est de ces débats avec le  jeune public et de ses réactions au spectacle dont il fut question et ma foi, c’est bon d’entendre l’œil vif et bienveillant de ces fières baroudeuses nous causer du monde de demain.

.

CLERMONT L'eros

 

Clermont

.

.

Les Arts Oseurs entament bientôt une vaste tournée avec Livret de Famille, une franche adaptation de l’autobiographie de Magyd Cherfi, plume fleurie des Zebda.

Si ça passe par chez vous (et ça devrait, partis comme ils sont pour écumer l’hexagonale fille ainée de l’Église) laissez vous porter, ça fait du bien au monde.

.

.

des gens…

 le faucon de la Porte de Hal

le faucon de la Porte de Hal et son clope

Où en étais-je, liège?

à Liège,…Où en étais-je ?

gens de Sète

belle de Cète et barbu du coin

in het 81 tram

Dans le 81

au Delft une bergère et un aquilin liègeois

Une bergère au Delft et un aquilin liègeois.

dame

Une dame et mon verre

au Delft

mon pâturage au Delft

.

.

Simples belges, royaux sujets ou

Du grand pédalo francs passagers

Les gens sont bien bonnes avec moi

se poussent, s’assoient, se plantent, repassent

pile comme je n’osasse en rêver

et s’ils gigotent alors qu’en loucedé les croque

comment leur en vouloir?

Merci les gens, et mes excuses, j’aimerai bien être moins furtif et plus franc

mais je veux croire à ma transparence, c’est con,  je devrais être une mouche,

et pour vous rendre grâce, plus habile de mes digts doix.

.

.

Fred in Peace

.

.

Fred in Peace

– Matin! que le temps passe vite!
– Hélas, tout l’monde peut s’tromper…

.

il y a eu Homère, puis Sophocle puis plus rien et puis lui.
il a ouvert grand les marges, relié nos synapses à de posssibles ailleurs
il y était tombé pour nous quand on était petit et pour nous il distilla ses notions magiques sans compter.

HUM !

pendant ce temps-là, à l’ombre de moi même

.

.

Jadis à Pâques on marchait sur des œufs

l’opulence était telle et les cloches emplissaient le ciel de leur chant aux lapins radieux

tous en chœur nous étions éblouis et comme ronds de flan palatins :

Jésus revenait.

Mais les temps changent et cette année, Pascale Clark et consorts sont bien à la peine qui dans un chas d’aiguille

doivent enfiler de brillants marronniers aux perles de subversion à propos de

– la toute première Pâque d’un pape tout pimpant

– d’un président qui fait (bien) son camembert,

– d’une heure d’été particulièrement fraiche pour la saison

et concocter par dessus le marché un poisson d’avril à des auditeurs en pleine grasse matinée.

(ceci dit il me tarde d’aller voir « la Maison de la Radio »)

.

Fishstick

.

Pendant ce temps-là, à l’ombre d’un doux soleil ardennais,

je promène en forêt des formes rebondies par

l’heureux pâté du Lot, les glaces sétoises et les nuits languedociennes

et je sens comme une grosse blague… mais ce n’est que moi.

.

.

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 137 autres abonnés