Archive pour août 2013

La Mort du Petit Neurone Blanc ( suite )

.

.

la mort du petit Neurone Blanc sm

la fondue du casque

.

.

.

Paisiblement et l’air de rien

Ou de se limer un ongle

Elle s’fait doucement sauter l’caisson

à pleine puissance de son casque rose bonbon.

En rythme dodeline bonhomme l’indifférence gênée de tout un wagon

Et j’avoue avoir soupesé l’idée scoute toujours d’abréger ses souffrances.

.

.

.

.

Thermos sweet Thermos (dos)

.

.

Thermos conquerant

.

.

Tu es ta propre tour et

de ce replet recoin du monde,

le fier horizon.

Fétiche détourné par d’incultes vestales

tu ne te prives pourtant pas, sans ciller du bouton, d’assoir ton autant étayée qu’altière autorité.

Ô Thermos de Chine, tu frises l’idyllique !

.

Et vive la reine itou !

pose claupe

.

.

la pause clope

.

.

J’ai bien cru te revoir mais tu n’étais pas née,

sirène aux tiges légères, aux bleues œillades filtrées

quand ton velouté m’érige au fond du potager

quand tes volutes sommières pulvérisent du lait.

Pas sûr, si j’me reperds que je m’écaillerais,

à ton maigre vestiaire, ado déboutonné

car du frai éphémère d’un trait ne m’suis tiré

pour voir ma vie super finir au cendrier.

.

.

le Grand Vacant

.

.

le grand Serge

le beau Serge, bananier républicain .

.

.

L’ange surfe,
Paissent les plombs
Raisonnent les caissons
Repoussent les nouilles.
Les repas sont tous pris
les puces pianotent et
-on vous l’accorde-
la carpe reprendra bien un peu d’élan…
Serge, d’attaque toujours, dans son gant de velours
graisse quelques pattes
sucre quelques fraises…

.

.

l’embouteillé

.

.

.

980 petit porteur

.

.

Même avec soi même

jamais seul on n’est

et si bouchon il y a

vaut mieux la boucler

.

.

 

 

 

 

 

 

Le Duke hélas a eu son compte

.

.

Adieu Georges Duke Major bl

.

.

Depuis que François Villon a montré le chemin par d’autres et Jesus (prononcer « Djizeuss ») avant lui défriché, ils n’arrêtent plus de s’y bolider en une longue et déchirante ribambelle de glorieux défunts. Après Ray Manzareck et Georges Moustaki ce regrettable printemps voilà le grand Georges Duke, roi de la trille enchanteresse et des nappes bien troussées devant l’Eternel et le très saint père Zappa dans l’au delà des spotlights et des poêtes, sous les arches veloutées et fleuries des muses reconnaissantes.
RiP cher mother et merci pour la joie.

Si tous les osteos du monde…

.

.

bbi rosso sm

.

Si tous les ostéos

se donnaient la main

on aurait l’air malin

avec nos os en vrac.

.

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 115 autres abonnés