Archive pour décembre 2017

Syntone ora pro nobis

 

 

 

Noël !

Si l’on est en âge et en droit (n’en déplaise à Delahousse) de douter de ce qui passe par nos cheminées,
c’est pour de bon que les carnets de Syntone ont jailli dans la boite aux lettres de leurs heureux abonné-e-s.
Et j’avions bien le christmastique honneur d’y participer de quelques images pieuses (et cette sommaire vidéo)

.

 

.

.

Et bonnes fêtes en ce bas monde.

Sous le néon, bronze qui peut.

.

.

.

 

.

.

.

.

.

.

.

Pendant qu’on pousse le tram de nos impôts salés
d’autres s’envoient cocktails et leur peau sucrée
par les bons dividendes exhale une plénitude dont on doit s’inspirer
Pendant qu’on pousse le tram de nos impôts salés

de l’attente.

.

Un jour, entre parenthèses, ni avant ni après,
Sur une chaise incertaine quoiqu’habituée
si tu sens, par une sourde capillarité
monter le froid du propre et net
carrelage dans tes chaussettes,
Prends un Gala…
Et si la vie soudain jure et fait désordre,
prends un Voici.
.

.

.

.

.

Cruelle destinée.

 

Ah cruelle déstinée !
À quoi sert-t’il d’avoir un nez s’il ne peut frayer dans les doux fumets girofflant la térébenthine ?
Et des yeux alors ? si c’est pour pas les plonger dans tant d’indubitables merveilles ?
Et du flouze ? Hein ? À quoi bon en ces austères temps l’amasser sinon pour aller au Marché de Noël de l’atelier de gravure d’Ixelles ?
Hélas, j’y sera pas, un sale coup à se pendre ça…
Mais si toi tu peux y aller, alors abandonnes chats, chiens, piscine, poney et que sais-je et fonds -y !
Dieu (ou Johnny) te le rendra !

 

;
.

.

.

 

.

 


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 140 autres abonnés