Archive pour décembre 2018

La réalité vraie

.

.

.

.

Priscilla dès l’aube sur la planche avait eu du pain
Mais peu à peu, parallèle au soleil
le lustre regagnait le bistrot
Et les clients encore rares après la vague matinale
n’allaient plus tarder à revenir s’émietter
Quand enfin elle put souffler un peu.

.

.

.

.

à quoi bon parfois

.

« si ça continue, faudra qu’ça cesse »°


Alors que la terre est plate, que le temps file et que le pergéli désole, bref que les choses sont ce qu’elles sont, aux commandes de nos fortins à roulettes, de nos poches de solitude blindées, nous formons chaque jour de multicolores et pétaradants colliers au nez et à la barbe de l’avenir qui, à priori, devra donc se passer de nous, tant pis pour lui.

°Hubert Felix Thiéfaine in l’ascensceur de 22h43

Poisson K

.

.

.

.

 

 

.

.

.

.

 

On alla s’hâler

.

.

.

En été la mer arrive au bord de nous
Qui quasi nus sur la plage abandonnés
À nos peaux de crèmes laissons
Sourdre l’enfance, nos pores éblouies.
.
En harmonie, à l’univers
Sommes l’ardent chainon manquant
Entre le congre et la tuyère
Entre particule fine et néant

.

.

.

 

Une fin d’après midi à la Corniche -Sète- France (l’autre pays des gilets jaunes)

.

.

.

 


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 61 autres abonnés