Archive pour février 2019

Adieu camarade (et tant pis si c’est tarte)

.

.

.

.

.

Georges, franchement, je pensais pas ça possible.

Toi le Super hero en civil, 

plus royaliste que le roi, plus anar qu’un chat, 

toi le type à qui j’ai connu le plus d’ennemis, 

s’amoncelant comme un fan club 

sous ton grand rire plein de dents.

Aristochat parmi les rats de labo.

.

Toi le poète d’on ne sait où, cousin d’Apollinaire ou de Braque,

ton départ nous laisse petits, frères et pauvres

mais riches de t’avoir croisé, 

bien dans tes babouches d’emir sans palais,

Orage qui jamais vraiment ne pétait

Avec ta gueule de pâtre grec

Loup solitaire ami des mésanges et des hublots

.

Sans toi

Ostende va briller un peu moins, 

Venise va clapoter à vide 

et le plat Barbant wallon va redeviendre égal à lui même maintenant qu’il n’est plus -quelle horreur- arpenté -quel honneur- par tes antédiluviens godillots montagnards. 
.

Il va falloir bien de la ressource à Cioran pour expliquer sa présence pépère au ciel à son plus fidèle lecteur.

.

Salut Georges, merci pour tout et encore bravo.

à Anne, aux siens, mes sincères condoléances.

.

.

.

.

.

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 109 autres abonnés