Archive pour janvier 2020

En face le lac, mais loin.

.

.

.

.

Sous l’abribus je n’ai pas pu vérifier
ce qu’on voyait le plus, du haut des balconnets
la ligne bleue des Vosges ou de blancs minarets ?
Porcelaine de Limoges ou Zemmour en télé ?

.
.

(merci Julie pour ta patience)

Valence TGV, un bon bout du monde

.

.

.

Et surtout dans ce nulle part de béton laminé par en dessous, rester ferme sur ses positions, le mollet alerte, le coude aux aguets, l’horizon dans le blanc des yeux.

.
Et cette question, lancinante : « comment prendre son train lorsqu’il sera privatisé » ?

.

.

.

Monstera, ma petite jungle à moi

.

.

.

.

.

Mais que diable faire si les feuilles jaunissent ?

.

.

L’hiver, ce mystère

.

.

.

On n’y pense pas trop quand au cœur de l’été tout baigne
et puis patatra !
à fond les ballons passent les solstices et mécaniquement, on gèle.

Mais tu verras, tu verras, avec un peu de bonne volonté et pas trop de missiles, tout recommencera.

La belle inconnue

.

.

La belle inconnue ne manque pas d’air et
saupoudre le monde de sa grâce extra fine.

Ces choses sans doute
s’estompent hélas et cessent mais sur le coup, ça laisse songeur.

.

.

les grands de ce monde

.

.

Cyril a tout compris et compte bien l’optimiser.
Si à tour de bras cette enfance difficile* devenue puce savante humilie et palpe à gogo
et que par delà l’écran se poile le sacro-saint populo, qu’est-ce qu’il y peut, lui ?

.

.

.

* pour ses contemporains du moins.

Et surtout la santé hein !

.

.

.

.

.

Neuchâtel forever

.

Au Muséum d’Histoire Naturelle du fier chef lieu de canton du même nom, c’est bonheur délicat et régal à tous les étages.

Jamais assez on ne l’dira, l’hélvète est un collectionneur de choix.

.

.

Et c’est pas pour frimer mais le musée ethnographique sis un peu plus haut (prévoir vues royales sur le lac) vaut lui aussi furieusement plus d’un détour.

.

.

Au Lac, un cormoran,

.

.

Sombre Artaban sur sa poterne toise le lac encore nimbé d’automne, repu et content. Est-il du Jura depuis des générations ou vient-il des franches côtes vidées par les mousquetaires de la distribution ? Je n’en sais j’avoue rien. Quant à lui qui se dore au point du jour, il ignore, l’arrogant, qu’à ses heures perdues le chasseur à l’affut peut désormais d’un doigt de pécari ganté lui trouer l’œsophage pour preserver m’a t’on dit la perche fluviatile , la carpe commune et l’omble de fontaine. Toute cette vie lacustre qui luit en nos assiettes et réhausse nos bonnes fêtes dont nous sommes les bons rois.

.

.

.

L’anecdote vaut ce qu’elle vaut et en ferez ce que voulez, mais désirant remplir au lac mon pinceau à reserve, je desescaladai d’exemplaire façon la digue quand sur une invisible mousse glissai et d’un plouf fugace l’eau douce et frisquette empli mes chaussettes.

Sous chaque pas, l’ombre du rire du cormoran. 

.

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 103 autres abonnés