Archive pour février 2020

Qui es-tu-suis-je en somme ?

.

.

..

.

 » Et… Est-il aussi dedans, ce silence de plomb tout autour de vous ?
Ce Rio Grande à peine troublé par le chant du cygne d’un demi sucre roux ? « 

Voilà ce que je peux être amené à me demander
quand dans la salle du petit déjeuner y a pas de BFM TV.

.

.

.

Un peu d’exercice…

.

.

Au gymnase

.

À la gym comme à la gym.

.

.

A Lisboa

.

.
Petits croquis sur le vif en ce petit paradis du café.

.

.

Merci à Zé Maria de nous avoir prêtée sa chambre, et à Caro, Antonio et Gaspar de nous avoir si copieusement accueillis, saudade depuis.
.

.

.

Jolie bouteille…

.

.

.

.

Question : »qu’est-ce qui est vert, au fond des bois et qui pue ? »
Réponse : « un scout mort »…

Ce soir le scout mort en moi bat de l’aile
car le sacré Graeme Allwright a levé le camp et pour bien des raisons,
je le salue et le remercie d’être passé par ici bas.

N’en a-t’il pas initié beaucoup aux méandres de l’addiction, aux turpitudes de la volonté avec cette rengaine hymnique incontournable autour du feu, à fredonner en corvée de bois ou reprise en chœur le dimanche en kermesse alors qu’on a jamais mais alors jamais (encore) bu que du lait ?

Et puis pour cette douce anarchie fine.

merci.

.

.

(Oui c’est de l’huile d’olive, et de la fameuse ! )

D’amour et d’eau fraiche

.

.

Et quand la source sera tarie,
ils auront l’air malin
à la saint Valentin :
tintin,
en rayon, tout sera frit.

.

.

.

Saint Glin Glin

.

.

.

.

Ah ! côtes amères aux noms plus qu’exotiques
Ah ! si rudes ressacs sous cieux si héroïques
Ah ! phares et balises chatouillant l’Atlantique
Ah ! iode à gogo qui tue puces et tiques
De toutes la Manche c’est bien toi les plus belles
Ah Bretagne ! c’est toi mon Armorique

Neige silencieuse, neige secrète

.

.

Scéno Silencieuse, neige secrète

.

.

Ah que j’ai aimé mitonner ces silences (à grandes et louches pincées de bruits plus ou moins blancs)…

Merci encore aux fameuses sœurs Nathan (et à Conrad Aiken qui passait par là)

.

.

.

Être au monde

.

.

.

.

.

Et peu à peu, à l’ombre des hashtags glisser en Kardashie.
Mais je suis un félon et vous l’aurez noté,
elle lisait bien un livre et c’est moi qui l’ai posté.

.

(supplément gratuit)

.

.
Non loin de là, dans l’angle mort, un baroudeur loin de sa mère la dévorait des yeux.
.

Et moi, qui étais-je donc ?
et où allai-je alors ?
.

De l’ordre

.

.

.

.

Surtout marcher sur des œufs, prendre scrupuleusement note du moindre endroit de chaque chose, non que l’hôte de ces bois soit brutalement tatillon, non pas… mais tout est tellement si parfaitement à sa place…

.

.

.

Valence TGV (bis)

.

.

.

.

Au pied de la montagne oú l’horizon galope en souvenir du Facteur Cheval
Luit l’énorme piège à pigeons où ronronne entêtant l’alzheimer national*.

.

Où les moustaches du chef de gare, drôle d’oiseau regretté, sifflent désormais dans les pales d’un robot balais.

.

.

*Montpellier sud de france/Nîmes pont du gard/Avignon tgv… mausolées bétonneux où prospère la triste farce vidéo surveillée.

Paye ta joie au starbuck café.

.

.

.

.

.

.

Lausannoises, l’eau ça noie…

.

.

.

Presqu’aussi beau qu’en ce février
Il il était bon l’été indien (dernier)
aux bords du lac Léman j’en avais profité
pour m’y dorer la pilule, me farcir le gosier
au jus d’houblon local et – puis-j’ici l’avouer ? –

… Le dimanche arrivé…
j’ai voulu traverser cette petite mer Léman,
en face, j’ai vu Évian
et suis rentré bosser.

.

.

.

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 103 autres abonnés