C’était l’hiver dernier


.

Il était doux cet hiver et doucement s’immisçait sous nos cieux avenants l’improbable qui d’une main invisible et sourde allait mettre un peu de sel à nos transports en commun : L’autre qu’on appelle aussi l’usager (mais qui peut toujours servir ) chemin faisant prenait une épaisseur alors qu’une ombre entre nous se frayait une place qui enflait l’air de rien, de peu de chose, de pu, de points de suspicion…

C’était bien avant qu’Emmanuel Macron ne fonde le Conseil National de la Résilience, bien avant que les hommes vivent d’amour, bien avant que les dauphins ne prennent le pouvoir.
On avait pas fini de rigoler.

.

0 Responses to “C’était l’hiver dernier”



  1. Laisser un commentaire

si point en vous un commentaire, délivrez-le donc ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.




Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 103 autres abonnés


%d blogueurs aiment cette page :