Aux poales


.

.

.

Le train soudain eut mieux à faire
qu’à découper la rase campagne
et d’éloigner mes minces affaires
pour me rendre à la cocagne
.
Suspendus au vol stationnaire
il nous laissa, pauvres usagers
pédaler dans le vide super
d’un destin soudain débotté

Plus loin on pulvérisait
en gare un colis dit suspect
empli de souvenirs légers,
sans doute un oubli passager

Par la vitre à l’horizon bouché
un graminée me fit risette
mais le moral dans les chaussettes
elles mêmes dans mes petits souliers
j’ai du m’être le doigt dans l’œil
et, la larme opportunément tirée
coula au masque et m’épargneul
l’éternuement très déplacé
dans l’accoudoir du TGV.

Lui d’habitude si bavard
comme par miracle ou par hasard
sans un mot est reparti
le colis abandonné à vie
portera le chapeau troué
du quart d’heure à nous prélevé.

.

.

.

0 Réponses to “Aux poales”



  1. Laisser un commentaire

s'il vous vient un commentaire, posez-le donc ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.




Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 140 autres abonnés