Archive pour décembre 2021

Là-bas tout n’est que…°

luxe

.

calme

.

et volupté

.

.

° Ami.e si tu cliques sur l’image, en cette frisquette toute fin 21, la magie des hyperliens te mènera jusqu’à une musique qui cette année m’emballa. Comme je ne suis pas FIP, ça pourra te sembler mi-cuit mais c’est d’bon cœur – (Mélodies Baudelairiennes)

Parallèlons

.

Vibre, tremblote, tinte, corne et fraye
ton petit bonhomme de chemin de fer,
mastodonte, emporte-moi où dois aller,
advienne que puisse, j’ai poinçonné.
Mais redis-moi, pourquoi faut-il que tu m’enguirlandes sans arrêt
moi l’usager et mes tympans de ton bip vraiment véhément ?

Le noël des fossoyeurs (CodeCo long)°

.

autoportrait non contractuel

Voilà,
le gouverneuneument fédéral
sous le crépitement des flashes
n’écoutant que son courage
intérieurement reconnu
dégomma d’une poussée décrétale
des mois d’efforts,
ceinture serrée,
de vaches maigres par vent mauvais.

Voilà,
Ce qu’en huis clos ces cons
par trouille bleue de l’omicron
et du devenu majoritaire
principe sacré de précaution

Voilà,
Ce qu’ont pondu nos dix visionnaires
en toute disproportion.
Plutôt que d’envisager avec faire
la dare-dare win/win adaptation.

Voilà,
Plus de spectacle,
au trou les saltimbanques.
les familles en grande surface par contre
pourront toujours gambader
et réchauffer le cœur des banques
qu’il faut à tout prix ménager.

Mais pas de Noël au Théâtre,
car comme le chantait Jean Paul Sartre
L’enfer c’est les autres
faut donc faire taire l’altérité
traquer les brebis égarées
les bonnes âmes, elles, ont la télé
où l’herbe est plus verte, où l’on peut vibrer
de mille molles hystéries en féérique publicité.

Voilà,
Du cerveau gras ça nous promet
qui ne risque pas lui de filer :
platement droit, le cœur au frais.
Et pendant c’temps, outre-Quièvrain, tout va très bien…

Oulala oui,
Tout va très bien, Joyeux Noël !

Errare humanum est °

.

.

L’autre matin devant chez Bonal,
Noble vitrine du Cantal,
haute institution fromagère
aux si bien faites étagères
Je vis le cône orangément amène
d’une fabuleuse boulette d’Avesnes,
chez les Arvernes ? Quelle étrangeté !
et pas peu fière, en majesté.

Piqué dans ma curiosité je poussai la porte vitrée et
entre deux bourgeoises emplettes demandai à la crémière
si cet étrange nom de boulette n’aurait, par je n’sais quel mystère,
le même trés humain pédigrée que l’heureuse bêtise de Cambrai.


Je ne suis pas sûr ce soir d’être plus avancé mais c’est beau un sourire, même masqué.

.

.

°same old same old

Bon hiver°

.
Heureux l’enfant sage qui lève bien haut le doigt.
Ainsi, s’il beaucoup neige où que de l’école le toit
faute de moyens sur lui du faux plafond choit
les secours le r’trouveront plus aisément fissa
et s’il a plus de cinq ans, on te le vaccinera.

° Ami.e si tu cliques sur l’image, en cette frisquette fin 21, la magie des hyperliens te mènera jusqu’à une musique qui cette année m’emballa. Comme je ne suis pas Rock’n Folk, ça pourra te sembler réchauffé mais c’est d’bon cœur – (Bon Iver – the wolves)

Sur tous les toits°

.

.

.

à l’ombre de chaque grue
au sommet des chantiers
les entends-tu ou j’rêve ?

.

.

° Ami.e si tu cliques sur l’image, en cette frisquette fin 21, la magie des hyperliens te mènera jusqu’à une musique qui cette année m’emballa. Comme je ne suis pas Rock’n Folk, ça pourra te sembler réchauffé mais c’est d’bon cœur – ( Meute : the Rooftop session )

.

.

Détour (par l’intérieur)°

.

.

.

.

– Moi ici, qui l’eut cru ?! m’écriai-je in petto
– Pas moi ! répondis-je et la conversation illico chut.

.

.

° Ami.e si tu cliques sur l’image, en cette fraiche fin 21, la magie des hyperliens te mènera jusqu’à une musique qui cette année m’a emballé. Comme je ne suis pas les zinrock, ça pourra te sembler réchauffé mais c’est d’bon cœur (Big Thief au Tiny Desk)

.

.

Manants des sources°

.

.

Il apparait que chez Black Rock
société fort philanthropique
on tire aux quatre coins du globe
sur les napperons phréatiques
afin que tout robinet s’accorde
à leur puissant fonds frénétique.

.

Ça mériterait-i pas z’un p’tit coup de bélier ?

° Ami.e si tu cliques sur l’image, en cette fraiche fin 21, la magie des hyperliens te mènera jusqu’à une musique qui cette année m’a emballé. Comme je ne suis pas les zinrock, ça pourra te sembler réchauffé mais c’est d’bon cœur – (Under the Reefs Orchestra- une île)

Été au centre.

.

.

.

Entre Aurillac et Tulle,
tu trouveras Limoges
et si je ne m’abuse,
rien n’est moins nul…
À moins qu’Ouessant ?
Peut-être Ostende ?
Voire Syracuse…
ou bien déroge-je ?

Qui saura ? (trois fois)

.

.

.

Dans la panade
jusqu’au cou
que reste-t’il
en perspective ?


De belles salades
et jusqu’au bout
pas l’ombre d’une
rétrospective.

Valleraugue

.


.

.

Ses morts pour la France,
son taux de chômage,
ses maigres retraites sans trop trop d’avantage.
Ses joies, peines, purée de châtaignes.
Ses gilets jaunes au patère frémissant,
Ses confluents, leurs crues,
son boucher bien saignant,
sa belle épicière
ses « minute papillon »…
Toutes choses qui toujours échapperont
plus à l’énarque qu’à l’omicron.

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 125 autres abonnés