Chères ruines (obsolète it be)


.

.

.

Là j’ai grandi,
parmi ces ruines, gâté pourri
à porter seaux, pousser brouettes (ayi ayo)
casser cailloux, tirer canettes (ayi ayi, ayo)
À l’ombre ou du haut de ces murs millenaires poussent les âmes, aussi le lierre.

.

0 Réponses to “Chères ruines (obsolète it be)”



  1. Laissez un commentaire

s'il vous vient un commentaire, posez-le donc ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.




Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 144 autres abonnés