Archive for the 'Actualité brulante' Category

Noël en mai

Sainte Agnès du Plat Pays
Ayant ici un p'tit peu marre 
D’à tour de bras les enterrer,
Amis, tontons, chanteurs, mémoire,
J’saisis l’occase du 22 mai
Pour souhaiter bien le bonsoir 
À quelqu’un de très animé : 

Célébrons voulez-vous bien une haute reine de Belgique, 
La seule, fameuse et véridique 
Qui va de la mer du Nord au pékèt, 
Pas celle des commissaires sauf celui d'madame Maigret,
Des crêpes rectangulaires pleines de petits carrés,
De Tintin Rockfeller, d'Arno, de Jhonny et Tchantché,
De la pluie et de la bière ces dons du ciel si réputés,
Celle du théâtre, pas la dernière, et de ses inséparables objets. 

Gloire à toi, très Sainte Agnès, 
Reine de nous, tes p'tits sujets, 
Toi qui sans crainte jamais ni cesse 
Participes de l’essentiel :
Remuer l'Ether 
Et ne jamais désespérer.

Tonton Francis.

.

Tonton je t’imagine dans ton eternel bleu 
au fond d’un jardin résolument radieux léger désormais de n’essuyer plus plâtre.
Toi l’ainé de dix, (cinq ans en trente neuf, combien en quarante quatre ?)
On n’a pas du souvent te donner du « coco »
Toi qui l’air de rien entretenais le pot aux roses, essentiel et familial
En revenant, cher Parrain, très Papa du Congo
Tu nous l’avais sacrément réhaussé et ça, mes aïeux, c’est un fameux cadeau.

Dans un souffle tu nous quittes et rejoins ces aïeux que tu connaissais comme les moëres.

Que la terre te soit légère.
Embrasse pour moi tes frangins.
.
.
.

Constance du Scrabble

.

.

En ce jour opportun célébrant le jeu millénaire des carreleurs d’esprit,

Je pense à ma Grand Mère qui m’en a tout appris,

À France, sa fille, tante rompue aux Grands Chelems de notre (pauvre) Ère,

À certaine bergère qui en a plein son fridge et qui m’a déplumé lors de bien des parties,

À celle qui m’a vu naitre et qui au quotidien joute avec l’infini

Et qu’en bon fils indigne j’ose appeler ma mère

À ma fille qui, pressens-je, sans merci bien fissa m’enverra paître poussière,

À la langue enfin par qui l’on peut tant dire que j’en reste interdit.



.

.

Bonne année bon vieux Scrabble !

Poison d’avril ?

.

.

.

Hyperlien vaut mieux que rotules au ras (un site)

.

.

.

.

Ce petit mot de rien du tout pour vous remercier d’apprendre ici l’existence de mon modeste sitinternette, timidement tapi derrière ce clic.

.

.

.

Ô joie ! qu’ouï-je ? º

.

C’est selon moi l’abonnement sur terre le plus digne de ce nom
Et qui jamais ne notifientera* mon smartphon.
Les miracles parfois se concoctent et fondent et durent comme madeleines :
Longue vie à la Hulotte, à France culture et paix aux Ardennes !

.

° il y a sous ce lien une série de deux émissions à propos de la Hulotte et ça fait du bien.

  • à la cafétéria de l’académie française j’irai un jour proposer
    Notifiente n.f en lieu et place de notification : action de notifier- signaler, prévenir et fienter – déféquer (anim.)
    quitte à faire du tort à monsieur Zuckerberg.

.

Trente et un

.

.

.

Méconnaissable selfie dansant la danse de saint Guy alors que pleuvent force pluies et que planent de tartes ombres sur nos vies si sûres jadis.

Fi ! Fi ! Dansons dans les chrysanthèmes et plantons là tous les soucis.

Petits matins en morte saison

Matinaux s’étiraient insouciants mes pinceaux,
ébouriffés avant d’aller à l’eau
encore endormie quant à moi, calme et tranquille
barbotais l’ombre des godets aux lueurs bègues de la ville.
Au fond de ce silence aimable, derrière l’interrupteur,
la radio encore éteinte entassait ses horreurs.

.

Cent mille et un mètre cinquante

.

.

Cent kilomètres, t’imagines ?
il y a un siècle c’était la porte à côté,
n’empèche, Mère Nature, rentre chez toi,
l’Homme reprend ses droits.

.

.

Petits jours au bord du vide

.

.

Gageons que ces semaines feront de jolis colliers de nouilles à l’Histoire de France.

L’envol de l’école

.

Ah si seulement les ministres et autres ampoulés décideurs de l’éducation nationale d’ici ou d’ailleurs pouvaient tendre une oreille à ce documentaire, aux forces en présence, à la volonté d’en découdre malgré les embuches avec le determinisme social, à la vie qui n’est pas d’abscisses et d’ordonnées…

.

Un beau documentaire de Guillaume Istace dont j’ai eu l’honneur de faire la pochette (et le recto des trois CD).

.

.

.

.

.

Pour en savoir plus

.

.

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 140 autres abonnés