Archive for the 'Carnet de poche' Category

Sagesse impalpable

 

.

 

 

« si chaque jour est neuf, à toi d’en briser la coquille »  anonyme vaguement intemporel

 

.

 

.

.

 

 

.

 

 

.

 

 

.

 

 

 

Publicités

Au dispensaire (libre)

.

.

.

 

 

Aïe aïe aïe… mais enfin qu'ai-je donc ? et celle-là là, qu'à t'elle que je n'ai pas encore  et que d'une quinte bien placée me refilera ? sais pas, faut voir ah si seulement elle pouvait dire "trente trois"…

 

 

 

 

 

À la free clinique de Bruxelles, on ne paye que 6 euros la consultation et les toubibs y sont largement compétents même si cet ostensible manque d’interêt pour les grosses berlines allemandes peut sembler à toute personne normalement constituée pour le moins inquiétant.

N’empêche, cette initiative qui ne date pas d’hier est située à moins d’un kilomètre de la commission europééne et toujours pas la moindre contagion ?

 

.

.

.

Hydratation : profitation

 

 

La canicule qui s’étira il y a peu nous pousse à rire des chances de voir un jour en vrai la planète great again,

et toute la puissance d’un président fut-il championdumonde (et de la phynance) semble peu de chose face à un Belenos remonté à bloc. (par qui ? on se l’demande…)

Advienne que pourra.

un Cheval des chameaux

Mosquée du Palais Idéal

 

 

On dit que c’est la Grande de Paris, ou encore celle de la Réunion à Saint Denis, mais je sais désormais que nenni, le Facteur Cheval est passé bien avant qui, sans doute un peu soufi avait en son palais idéal intégré pour le meilleur ce que de nombreux ânes bâtés, peut être par les urnes enflés mais bien moins républicains ne parviennent toujours à penser qu’en pire ou par dessous le tapis, pas tous hein, j’ai pas dit ça, mais un paquet certain.

Cheval est grand !
Cheval président !

 

 

.

.

;

.

.

.

 

le jour et la nuit (j’attendrai)

C’est marrant cette machine qui
comme à la boucherie te mute en numéro,
en petit paquet d’attente,
zieutant à chaque drelin pixélisé
de l’écran s’égrainer tes prédécesseurs…

Mais pourquoi ce jour-là, dès ton numéro apparu, es-tu sorti d’un trait ?

« libéré, délivré, je n’attendrai plus jamais »

…oublié l’objet, le fond, le pourquoi.
tu repasseras.

On n’arrête pas le progrès.

Au Tram, et caetera

.

.

.

.

.

.

.

Sous les âpres vibrations du Tram

grince l’homme,

intranquille objet de sa mâle inquiétude.

La femme, elle, préfèrera

tant que faire se peut laisser couler 

avec la grâce imbue de son étrangeté même

et tant pis si j’ me leurre

Ça me berce.

Quant au marmot,

l’insouciant petit monstre,

vers l’avenir 

ne voit venir de la dernière heure  les spores.

.

.

.

.
.
.

.

Un petit peu plus à l’Est…

 

 

.

.

 

 

 

.
.

.

Un soir, loin, manger seul face
au regard transparent d’une affable mécanique
le lendemain y revenir, reprendre une banane flambée…

Par Google !
Qu’est-ce qui me prouve que je ne suis pas un robot ?

.

.

 

Fast and Selfious

.

.

 

.

.

Du mac à l’iphone et de l’iphone au mac,
miss Très Geek Vedette 2018 n’a de tout l’trajet
pour ses voisins, les paysages enneigés ou leurs santons motorisés
pas eu l’ombre d’un regard.
depuis, je me sens vaguement pixélisé.

.

.

 

.
.

 

.

 

 

.

 

 

 

The Show must go on

.

.

 

 

 

.

.

Ah fondre en ce salon et recueillir dans les effluves de synthèse
les dernières nouvelles du monde de proximité.
Avec l’accent…
Et quand au sortir de ce lieu capital j’avise le sol par capillarité jonché,
d’un haussement d’épaule bien dégagée je balaie le gris cri du temps qui passe.
car qu’importe la coupe tant qu’on a l’ivresse.

 

.

.

.

.

Sous le néon, bronze qui peut.

.

.

.

 

.

.

.

.

.

.

.

Pendant qu’on pousse le tram de nos impôts salés
d’autres s’envoient cocktails et leur peau sucrée
par les bons dividendes exhale une plénitude dont on doit s’inspirer
Pendant qu’on pousse le tram de nos impôts salés

de l’attente.

.

Un jour, entre parenthèses, ni avant ni après,
Sur une chaise incertaine quoiqu’habituée
si tu sens, par une sourde capillarité
monter le froid du propre et net
carrelage dans tes chaussettes,
Prends un Gala…
Et si la vie soudain jure et fait désordre,
prends un Voici.
.

.

.

.

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 54 autres abonnés

Publicités