Archive for the 'Carnet de poche' Category

Sous le néon, bronze qui peut.

.

.

.

 

.

.

.

.

.

.

.

Pendant qu’on pousse le tram de nos impôts salés
d’autres s’envoient cocktails et leur peau sucrée
par les bons dividendes exhale une plénitude dont on doit s’inspirer
Pendant qu’on pousse le tram de nos impôts salés

Publicités

de l’attente.

.

Un jour, entre parenthèses, ni avant ni après,
Sur une chaise incertaine quoiqu’habituée
si tu sens, par une sourde capillarité
monter le froid du propre et net
carrelage dans tes chaussettes,
Prends un Gala…
Et si la vie soudain jure et fait désordre,
prends un Voici.
.

.

.

.

.

En faire trop avec si peu

 

 

 

Tant de kilomètres égrainés sans même l’ombre d’un regard,
Mais où sont passées (ma bonne dame) les calèches d’antan ?

fantôme de l’apéro

 

 

..

 

Certaines flûtes font tourner le champagne
à se demander ce qu’on arrose, au fond…
.

.

.

 

Ainsi l’implacable destin faisait son petit bonhomme de chemin.

.

.

 

 

.

Et de passer en plein été
par le toujours riant Lot qui,
sans ses garages moussus ne serait
pas tout à fait c’qu’il a été.

.

.

 

Jeux de mains

 

 

L’autre soir de passage à Paris, j’ai eu droit à
une petite révélation en forme de franc qui tombe
faisant dans ma comprenette un cristallin bruit lumineux :

« Ah le bête plaisir que d’entendre sous ses yeux des gens jouer et chanter- me dis-je donc-
à même le sol, à même le nous, loin des estrades à fumigènes, grosses caisses et gros soux, itou loin de l’ordi,
et faire de la musique (fichtrement bien d’ailleurs) et nous rendre
par la sincère (mais fausse) simplicité de leur art
simples (nous), beaux (elles surtout), et plus humains qu’en arrivant (moi en tout cas) ».

Pour cette petite perle de soirée et la ci-devant révélation, muchas gracias aux Cuckoo Sisters
(et à ce vieux grigou de Ratel)

.

.


.

.

.

.

.

 


.

.

En plus, comme c’était rue Bonaparte (rien qu’ça), ce fut un grand moment : j’n’avais jamais zgribouillé aussi près de les Beaux Arts de Paris et de la Cadémie… Que d’émotions !
encore merci Cuckoo Sisters (and brother Owl)!!!

 

 

Et là : l’os

 

 

.

.

.

.

 Pour l’ostéo, pas l’ombre d’un doute :

Je penche donc je suis.

.

.

.

.

 

vacances j’oublie tout

 

 

Demain était un autre jour mais il est déjà minuit.
Ce qui en plongerai plus d’un dans un gouffre abyssal
Quant à moi m’a trouvé sous le sabot d’un cheval
l’ombre d’une solution qui pour l’heure me suffit :

Au lit.

 

tuer le temps…

… n’amasse pas mousse

Quand soudain… un os.

 

 

 

.

 

Récapitulons :
j’avais du me fouler une arrête et n’en menais pas large
l’ostéo m’a gentiment démantibulé de toute pièce laissant seul de côté mon cerveau disponible
pour rendre le tout l’heure d’après à la rue baignée de brise ensoleillée
comme on libère un poisson rouge aux eaux riantes du canal.
comme une feuille morte ressuscitée,
comme neuf, un peu ascète.

Un jour je sais, on sera tous yogi, mais d’ici là,
je serions curieux d’entendre quelle bonne raison a la sécu de ne pas rembourser pareilles prouesses.

 

 

Chimère

 

 


 

Au Salagou glou glou,
Ça rigole ah ah ah
Et batifole ih ih
Entre les crapeaux gras
Al Salagol ih ih
Ça picole un peu oui
C’est pour mieux apprécier
L’écart entre l’Elysée
Et l’Salagou glou glou
On rigole ah ah ah
Et batifole oh oh
Bien loin du Macron plat.

.
.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 131 autres abonnés