Archive for the 'Illustrons (pour voir)' Category

Syntone ora pro nobis

 

 

 

Noël !

Si l’on est en âge et en droit (n’en déplaise à Delahousse) de douter de ce qui passe par nos cheminées,
c’est pour de bon que les carnets de Syntone ont jailli dans la boite aux lettres de leurs heureux abonné-e-s.
Et j’avions bien le christmastique honneur d’y participer de quelques images pieuses (et cette sommaire vidéo)

.

 

.

.

Et bonnes fêtes en ce bas monde.

Publicités

Place Ducale…

 

.

.

.

.

Charles et la finance

.

.

.

Des gaufres font face aux glaces,
de petits chevaux de bois tournicotent et
dans la fontaine, une mouche étonnée barbote une première et dernière fois
Placide, un manège d’autos tourne carrément
autour, des terrasses où l’on boit chaud et le froid
des pavés chinois cavale sous les pneus,
des passages cloutés, quatres rues
douze angles au moins droits
dont un occupé au Nord,
sous ses arcades centenaires quatre fois
par la Vitrine des Ardennes où -sans crier gare-
la compagnie Gare Centrale (d’Agnès Limbos)
expose un siècle d’or du théâtre d’objet.
(1984-2017 quand même si ce n’est qu’un début)

Vous y verrez des choses devenues sérieuses
des trucs ayant pris le chemin inverse
vous y croiserez des acteurs muets,
des décors loquaces,
des costumes hantés,
toutes bribes envoutées de bien des spectacles
et demandez-vous pour voir si c’est pas eux qui te regardent.

Bref Agnès Limbos expose son monde et un peu d’Alice Piemme, Mélanie Rutten, Myriam Hornard, Alain Baczynsky, Daniel Daniel, Guillaume Istace et de votre humble serviteur car vla ti pas qu’j’ai bien l’honneur et le plaisir de faire avec quelques une de mes humbles images partie de cette généreuse expo qui se tient donc à Charlev¡lle Mez¡ères de début juillet à fin septembre, et même si on ne peut plus jurer de rien, il y fera peut être frais quand ailleurs on cuira et lycée de Versailles.

.

.

.

.

 

 

fier comme bar tabac…

.

.

RADIO DEBOUT d'essaisSM  -c- on aère

 

 

… le bibi, de s’être vu confié par Syntone (pour le n°6 de son aventure de papier) l’illustration d’un article sur la belle envolée qu’est Radio Debout, place de la République… J’en avais déjà un peu causé, en mars, de ces artisans du Grand Soir qui ont, tandis que les micros de BFM et consorts pendouillaient aux ceinturons de la maréchaussée, capté un peu de notre besoin d’utopie, de communion, de grandes choses à taille humaine.

.

.

.

RADIO DEBOUT POUSSES sm

.

.

.
Les Carnets de Syntone donc, une revue qui cause de son, vous savez, le bruit une fois saisi par le microphone, et qui vient par les ondes ou le web vibrer entre nos feuilles, eh bien ils en parlent, et c’est assez éclairant.

 

 

RADIO DEBOUT TABULA SM

On commence à le trouver en librairie et on peut aussi toujours s’abonner ici.

 

RADIO DEBOUT pour rire SM

 

 

 

Merci à Etienne pour sa confiance et à la République pour ses courants d’air.

.

.

.

.

.

 

Gare Centrale en le IN

.

.

.

AXE d'avignon

.

.

Bruxelles a beau être à la pointe en de nombreuses matières, de la mousson délocalisée au trempolin des Goldman Sachs, c’est aussi et surtout un joyeux vivier théâtral et un certain Jean Vilar, neveu d’Eddie Merckx et belgophile de renom ne s’y est jadis pas trompé en créant tout un festival pour accueillir sans grumeaux la crème de ce bouillonnant bazar.

Certes, il y a donc l’incontournable théâtre des Doms, le Guilgamech et la Manufacture, entre autres, qui programment les pimpants ressortissants de la cocagne du Nord mais, cette année, cerise sur le gratin, y a la compagnie Gare Centrale qui joue dans les jardins de la Vierge du Lycée Saint Joseph autant dire dans les pas de Molière et à l’ombre de Racine bref, dans le IN, la cour des grands s’il en est et c’est ni rien, ni tous les jours, mais ça n’engage que moi qui suis bien content pour eux et d’ailleurs c’est complet.

 

 

 

 

 

A Grande Invasão

.

.

.

.

Alors on dirait que j’étais un siron (le mâle de la siréne) échoué avec quelques copines et copains sur une plage portugaise, que j’aime bien dessiner et que j’en profite pour expliquer à la famille qui nous a recueilli au bord du Tage comment on vit chez nous. J’en profite aussi pour dessiner un peu comment c’est chez vous et évidemment tomber amoureux d’une belle autochtone ce qui compliquera les choses, ou pas, je n’ai hélas pas encore vu le spectacle…

 

 

 

Funeraire rite

RéVéRBèRe

HABITAT GROUPé

DOUCE NUIT

CLAUDIA

 

le spectacle de Caro Bergeron ( Companhia Caotica ) s’intitule « La Grande Invasion » et fut créé Samedi Dernier au Culturgest à Lisbonne et j’en suis présentement plus que ravi et fort honoré.

Œufs

.

.

.

.

.

 

 

aux Doms donc

. . .

Fadilette où la corvée de patates

Ministre ministrant

.

 

.

J’ai bien l’honneur d’avoir pour les Doms -belgien théâtre éminemment avignonnais- commis une « fresque » ( par là s’entend un assez gros panneau fièrement boulonné dans la cour arborée bravant intempéries et péripéçades )
On peut l’entrevoir ici mais le mieux c’est bien sûr et incessamment d’en Avignon aller puisque c’est fait pour ( sauf si vous êtes ministres, même premier )

 … Merci aux Isabelles, à l’Hervé, la Béné et à toute la fine équipe pour leur confiance et leur patience gratinée.

 

.

 

 

LA FRESQUE des Doms

 

 

 

.

 

.

 

.

 

 

 

 

 

http://www.antoineblanquart.org/AB/Doms.html


Syntone, mixez pour nous

.

.

.

(sans titre) Dans le Poste

.

.

Un jour, l’homme sortit de l’eau et échangea ses branchies pour de pimpantes esgourdes

depuis, il a fait du chemin, pris de la bouteille et s’il s’écoutait

entendrait bien Rires et Chansons , l’horoscope de Gérard Majax ou le best of the géopolitiques chroniques de Bernard Guetta

mais heureusement parfois des voix avisées lui parviennent

qui par delà la stéréo lui susurrent que tout -loin de là-  n’a pas été accompli

et que sur la planche à podcast il reste encore du pain.

Aidons Syntone, radio experte et pas que mentale à bâtir un empire en livrant son exigeant miel à nos cerveaux disponibles.

.

.

.

J’eus bien l’honneur…

.

.

`.panorama

.

.

Quel chouette métier, mazette ! Et je remercie Vincent Girard de m’avoir convié à illustrer son « Diable du Pont » dans l‘Hérault de ce frais mois de décembre, je m’y suis bien amusé.

.

I

En enfer…

.

II

…à la surface.

.

III

.les marchands

.

.

.IV

Happy end

.

.

.

pour les plus curieux, vous pouvez en suivant ce lien consulter le numéro en question

.

.

Et un grand merci à

Bruno, Jacques, Anne et Caro

pour leur conseils avisés et leurs angéliques patiences.

.

.

.

.

De la farce…

.
.
.
Autoportrait à la clairière

.

.

.

Parfois le dindon est en dedans
et parfois, c’est la farce qui fait le dindon
des fois l’état c’est moi et d’autres le no man’s land
mais, l’un dans l’autre et à la virgule près
on peut toujours se serrer les coudes.

Ce lapin…

.

.

COUV ce lapin qui s'impose

.

.

Ce lapin qui s’impose

là, au bout du monde

fait passer les nuages

danser les petites vagues

et bien rire les mouettes.

.

.

Moi, j’aime le music hall…

.

.…et je crois bien qu’j’aime bien le théâtre aussi…

Création collective

J’ai eu le plaisir et l’honneur d’illustrer, sur le thème de « la création » les huitièmes Carnets du Petit Cyrano, fruit de la CTEJ, noble et belge institution pour le théâtre Jeune Public, que le non moins noble, belge et ô combien monumental Maurice Sévenant ( s’il avait pu, Jules César l’aurait fissa embastillé ) considèra comme le véritable théâtre populaire, et il n’est sans doute pas le seul…

Merci à lui, et merci Cali.

TOCS Corde verte

le pdf se trouve ici


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 134 autres abonnés

Publicités