Posts Tagged 'à Paris comme ailleurs.'

Mais au fait, qui suis-je ?…

.

.

.

au-petit-thouars

.

Et d’où viens-je aussi détaché pour juger à l’emporte pièce
Ces couples qui ne quittent des yeux la haute définition de leur forfait illimité
Ces visages embleuis sous le feu frais de leur couteuse rampe LCD
Ces pieux dévots d’un progrès dont on pressent le dernier cri
trop présents au vaste monde pour s’abaisser au Maintenant et Ici
Oui, d’où viens-je ? moi qui googlise aux chiottes sur une antiquité
d’un an à peine, deux à tout casser, qui m’émerveille de choses fondamentalement périmées
et bidouille et bricole sans concession à la perpétuité
Hein, d’où ?
et avec quoi ?

Publicités

Recyclons les beaux monuments d’antan

Ah la bonne nouvelle !
il se trouve donc des gens assez nombreusement réveillés pour passer la nuit debouts sans craindre ni le froid ni la pluie ni le matinal crachin du coquin préfet.
et une radio d’y naitre et émettre de 18h à minuit

Si vous voulez vous aussi être au chaud avec eux, c’est par ici.

Et  la pétition pour soutenir un mouvement qui redonne du lustre à nos jolis monuments, c’est par là,

Répupu

 

les archives des précédentes nuits de ses dangereux activistes.

premier Janvier 2015

… Place des Vosges, au jour de l’an,
il faisait beau, légers les gens
c’était il y a bien longtemps…

 

 

Numériser 71

 

 

Numériser 69

 

 

Numériser 70

 

 

Numériser 72

 

 

 

Radio France a un souci d’ADN ?

.

.

.

Zonder Titulo

Sans Titre (Dans le poste) -pour Syntone-

 

 

Mathieu Gallet a beau nous jouer ses plus belles cassettes,

au bout d’un moment on perçoit comme une diette,

et la grève illimitée derrière les bluettes acidulées.

On sent des artisans des ondes la colère ravalée

derrière la peinture fraiche de la Maison Ronde

et si soudain on n’est plus d’infos gavés,

on voudrait des nouvelles de ces mouvements sociaux.

Puisse cette affaire de moquette fumer ce despote à galène

puisse-t’on voir sinon sa tête de bellâtre gérant au bout d’une antenne

au moins sous le pont Mirabeau son parachute en torche

et tout petit déjà loin passer le Havre pour Harvard,

à son clan d’eugénistes du Service Public renvoyé

sous les yeux ravis de nos feuilles enfin rendues à la bonne radio

ringarde puisqu’exigeante dans un paysage par ailleurs atone

tant il est bariolé de pub, de copyrights et d’hurleurs compressés patentés stéréo.

 

Merci ô mesdames et messieurs les grévistes de tenter de sauver notre radio.

 

Cela dit, il n’a pas complètement tort, le lisse Mathieu Gallet, l’homme qui cru inventer la radio filmée :

le numérique a du bon , il permet d’écouter la confrontation de ce « beau gosse »° et de ses administrés justement remontés.

et de signer la pétition de soutien à un service public nécessaire et ambitieux.

 

° d’après Pascale Clarck, artiste maison, passionaria de sa propre et bonne cause, DJ rebelle de la mèche pérmitente, soutenue elle par Jean Patrick Bourdin Cohen, roi du pétrole s’il en est.

Par la barbe du poilu, faut-il qu’on commémore ?

.

.

.

.

à la Patrie, le poilu reconnaissant

.

.

.

Il a bon dos le poilu
depuis sa glorieuse fosse commune,
plus grand commémoré que vif
et sur les nerfs dans sa tranchée
quand il digérait son singe et fumait son gris
en attendant l’déluge de toute une industrie.

Il a bon dos le héros, mort pour la paix foireuse
qu’on fête, ma doué, pendant qu’on bombarde ailleurs
et que méthodiquement on prépare les prochaines
Il a bon dos d’avoir « donné sa vie pour la liberté »
sans qu’on lui demande du tout à fait son avis.
Enfin, désormais le 11 novembre, dès que la petite main du petit président a allumé la petite flamme
les commerces s’ouvrent, ornés des petits drapeaux comme à la coupe du monde
tandis que sous les ors de la république continue la grande braderie
qu’à nos alliés chinois, ricains, khazaques ou qataris
on solde nos fleurons de béton, nos fiers barrages, nos souples autoroutes,
nos riantes prairies où il y a à peine un siécle,
épique quoiqu’opaque époque,
gisaient les jeunes et bons dos de ces bons vieux poilus.

.

.

.

.

.

.

 

 

 

Courage !

.

.

973 courage futons

.

.

Veni Vedi…

Longtemps j’ai cru que la Lyonnaise des Eaux (et son regretté Jean Marie Messier) s’était rebaptisée Vinci parce que Picasso était par Citroën déjà pris mais non, il s’agit bien de la cinglante conclusion de la  fanfaronne formule du grand Jules.

Du pavé Bruxellois aux péages de Navarre, des parcs de France aux jardins Portugais des parkings souterrains aux parcmètres sur Mars, cette impériale bétonnière, cette macroboursoufflure pervenche possède et se bétonne tout le sol alentours, l’herbe que nous paissons, le macadam que nous foulons jusqu’aux tarmacs les plus pointus.

.Petit Thouars

Au Petit Thouars – Lutèce

.
Tout? non, seul un petit marécage du pays nantais résiste encore et toujours à l’envahisseur.

la salamandre serait-elle l’avenir de l’homme ?

.

.

un dimanche Porte Dorée

miss mms

.

O petite, il faisait bien froid dehors

alors tu gardais ta doudoune, dedans

la radio creuse te louait d’entendre sans ciller sa litanie de coups bas, de boucles, de pubs et d’infos évidées…

les crêpes avaient été bonnes mais c’est bon, t’en avais ta dominicale dose là.

Entre tes mimines tu tenais bien fort le petit feu de la vraie vie

et tu ne savais pas alors -nous étions en novembre-

que dans tout ça il y a du canasson.

.

miss 2mms

.une heure et demie plus tard

.

.

Metro poli? tintin!

.

De Bastille à Nation,
de Liège à Gare de Lyon
De Perrache à Part Dieu,
De Fives à Rihour en passant par Jules Guesde, Saint Barnabé, Waterlooplein, Zwaarte Vijvers, j’en passe et de Broukère
la ville sous ses chapes nous coltine en globules
qui vaguement ne savent plus comment on faisait
avant qu’on soit Free, Orange ou Movistar.

metro1

metro3

   metro8

metro7

metro4

metro6

Metro

748

747 a

(l’hip hop est bien pratique pour dodeliner plus en rythme que la rame)

.

metro5.

.metro2

.

Nos casques sont discrets

Les autres vont, filgurant

Mais ensemble mixons

cet électro murmure…

Pas de souci

En attendant la facture.

.

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 130 autres abonnés