Posts Tagged 'à perte de vue l horizon'

Un an, des vœux



vœux calendrons.

.

.

.





la viste


Les antennes hérissent
Les toits hauts qui glissent
Sous les cieux propices
Les fruits orangissent

Life on Mars (je suis ton pair)

Dans l’eau brumeuse orangée je trempais
le souk épais des pensées en bataille
sous la surface de mon tuba touillais
en longueurs l’lac jusque-alors assoupi,
s'en échappait un soufflet sur le calme.
De mes tribules tu décrochais la palme.
À l’onde étale et douce sans fond à priori
Je confiais mes élans, ma panse, mes soucis
et finissais ma nuit.

l’été en brimborions

.

.


.
Vive l’été, pas ses moustiques
ses pentes douces, pas ses pébrons
ses heures exquises très éxotiques
ses luxes abstraits, lisons ! lisons !
ses ombres dingues et guère obliques 
ses fesses à l’air sur l'horizon.
Vive l'été pas touristique et
Merci Jean-Paul pour le camion.

Attente encore

.

Quelqu'un va venir,
ça ne fait pas un pli,
ou bien quelqu'une, 
mais qui ?

Persevere diabolicum

On nous bassine on nous chipote 
on nous noue à tout ce qui pas n’urge 
on nous harnache aux titaniques 
Latour prends garde à la critique 
tout si funèbre à l'horizon 
qu’en a sombré perfide Albion 

Alors qu’allons, sommes bons hôtes 
et sûrs de nos fesses ignifuges 
ne cédons pas à la panique 
nus perfectionnons nos plastiques 
brisons là, minute, papillons 
la chère peau du petit oignons 

Car c'est si bon d’être à la côte 
amer Adam devant l'Déluge 
sûr de son fait, fort de sa trique 
avant que l’Ère ne nous pique-nique 
et qu'on déguste pour de bon 
oppressons les requins citron.

Si tu vas

.

.

Place des mouettes
Masque et tuba
chausses
et sous Sète
tu survoleras
Mars,
ses cratères, ses déserts,
ses monceaux de rover
dont certains c'est certain
ont croisé Dieu le Père
ou si tu y crois moins,
le très haut Georges Brassens
Qui n’a pas, ça me fâche
comme Rimbaud sa terrine
C’est à ça que je sache
qu’un génie s’entérine…
Et tu survoleras
la palourde autrefois vénérée
Restant sourde à ton ombre portée
Quand peinard l'ermite en pince pour ta visite
l’huître serre les fesses d’avoir à te filtrer
Et si l’oursin t’attend alangui de pied ferme
le dernier hippocampe grenouille en face aux thermes.

Thau, voilà
Comme l'étoile,
le Ségéla,
Toute vie peut-être que tu y verras
Est morte il y a longtemps déjà.

.

.

Matins (tant va la cruche à l’eau)

Au large d’Okinawa fut retrouvé le mois dernier masqué, palmé, le corps sans vie d’un fameux mangaka adepte (comme votre obligé) du tuba. Souvent depuis entre deux brasses je pense à lui. 
Paix à son âme et inch Allah !
On ne pèse pas bien lourd et
il en faut du bagage
par les temps qui courent
pour être un peu léger…

Léger qui pas forcement ne flotte
Flotter qui pas forcement n’est gai.

.

Avec…

.

.

Et, tout au bout là bas,
le Royaumeke de Belgiquetje
qui certes ne jubile
mais éblouit beaucoup.

.

.

Saint Guénolé, priez pour nous

.

.

On l'invoque dit-on lors des conjonctivites, ce qui lorsqu'on mesure l’ampleur du collyre en présence reste frappé au coin du pragmatisme. 
Dans le même ordre d’idée, puisse-t'il dissiper au plus fissa les openspaces. 

.
Sinon il y a l'ail des ours en pesto, ça marche certainement.

.

.

.

Ni gris ni vert…

.

.

.

.

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez les 238 autres abonnés