Posts Tagged 'autobiographie en branches'

Adios nonante cinq (non événement)

.

Sans fleur ni couronne apprenons par la bande l’abandon sans tintouin par la maison Windows d’Internet Explorer.
Premier navigateur nous collant à la toile d’un vaste et plat monde dont on n’est globalement pas sortis, naufragés volontaires ramant à toute G vers le bug absolu.

.

Au sec, presqu’aux cieux.

.

.

.

.

Fin de saison

.

(Un simple clic sur l’une des images déploiera un avenant diaporama)




.

.

et puis Ciao Andrew Fletcher, qui m’a bercé de l’illusion qu’on pouvait faire vibrer les nations à la force d’un doigt, comme quoi tout compte, et pas qu’un peu.

(l’intervista après ce superbe playback est d’une rare fraicheur)

.

Constance du Scrabble

.

.

En ce jour opportun célébrant le jeu millénaire des carreleurs d’esprit,

Je pense à ma Grand Mère qui m’en a tout appris,

À France, sa fille, tante rompue aux Grands Chelems de notre (pauvre) Ère,

À certaine bergère qui en a plein son fridge et qui m’a déplumé lors de bien des parties,

À celle qui m’a vu naitre et qui au quotidien joute avec l’infini

Et qu’en bon fils indigne j’ose appeler ma mère

À ma fille qui, pressens-je, sans merci bien fissa m’enverra paître poussière,

À la langue enfin par qui l’on peut tant dire que j’en reste interdit.



.

.

Bonne année bon vieux Scrabble !

Équinoxe et caetera

.

.

.

Bonjour printemps, quelles nouvelles ?

.

.

Un trou dans la raquette

.

.

.

Le pancho par grand vent

C’est aussi tapageur

Que peu dissuasif

Somme toute et finalement

c’est assez décevant.

.

.

Hyperlien vaut mieux que rotules au ras (un site)

.

.

.

.

Ce petit mot de rien du tout pour vous remercier d’apprendre ici l’existence de mon modeste sitinternette, timidement tapi derrière ce clic.

.

.

.

Riches heures au Marais

.

Des chambres de bonne ? un galetas ? on ne sait pas, on sent bien que qui là vécut n’eut pas besoin de tout lire Zola mais les temps changent et place des Vosges Anne Hidalgo élève du rat et aux étages du Marais cage on trouve l’oseille et le bon gout et l’odorat.

So long insta

.

C’est bon Montagne de Sucre
J’arrête de scroller par le fond dans tes limbes à selfies,
la #nette impression de n’y peser pas lourd me syphone et ça carie.
Merci du voyage.

Quant à méta…

En fait, pour mes éstimés instafollowers, suite à un bug je n’ai plus eu accès à mon compte et voilà tout, n’en prennez pas ombrage si j’ai fini par me détacher.

.

.

Avoir les boules quai des moulins

.


Avoir les boules quai des moulins
voir les maboules rouler au loin
dans l’herbe molle compter les points
des coccinelles mourues pour rien.

Tiens, ça se passait dans l’autre pays du moulin


Stürm, Drang, chaconne et brie de Maux.

.

.

Bon allez, un joli demi château en visite guidée, une vue splendide sur la Thuringe morvandiote -mondialisation heureuse- et un récital rien que pour nous entre autres happy few, petit verre ad hoc en main et fromageries au bec pour préserver nos os nantis du froid sépulcral -car le fond du Bach était ce soir-là frisquet et l’on eut supporté son petit plaid, mais on va pas non plus se plaindre.

Par ces temps incertains où tout part en quenouille, c’est toujours un bonheur, chez l’ambassadeur.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 138 autres abonnés