Posts Tagged 'autoportrait'

Kwéï ?

.

.

J’apprends qu’on dit du goéland qu’il pleure ou raille et je lui entrevois soudain un faux air de crocodile ou d’autoportrait.

.

.

Quelle mouche es-tu-je ?

.

.

.

.

D’une fenêtre l’autre, loin du chaos,
des olympiades. Imperturbable
tu ponctues de tes assauts têtus le calme plat, le désert mat où nos reflets repassent et à mesure se ressemblent.
.

.

.

Petits matins

.

.


.

On pourrait me voir
en pyjama derrière les carreaux
seul au plat bord de la nuit,
erratique silhouette s’emmélant les pinceaux,
ah ! l’ivresse de se noyer dans un verre d’eau.

.

.

Mais où diable m’ai-je mis ?

.

.

.

Où ? mais où suis-j’encore passé pour n’avoir aucune
mais alors aucune idée de ce qui fit qu’à la fin suis ici
et pas au zoo ?


par exzemple

Non mais en vrai
ça sort d’où que c’est nous
les plus forts les plus beaux les plus en haut ?
et pourquoi pas la poule ?
le coq ?
le rhododendron ?

je vois trop pas.

.

.





Erratum

.

.

Longtemps j’ai cru à une grasse blague de corps de garde fort en thème, mais non,  j’avais mal saisi César, qui n’a en rien été indisposé après être venu voir (et conquérir) le Pont-pas encore-Euxin.

.

College Waterkloset

Sans titre
(Ixelloises chiottes ou Caïn n’est plus ce qu’il était )

Je vais finir par croire que tout ce latin de cuisine du post précédent [sic] n’était pour moi qu’un prétexte à casser du sucre sur l’impalpable dos de Vinci.

C’est moche d’être retors à ce point.

.
.

.

C’est dingue c’qu’on peut êt’ négatif parfois!

.

.

.

.

V’la ti pas qu’en ce jour de pluie j’ai rejoint -à reculons- le monde parallèle :

d’un clic incertain y trempe un orteil

et hop!

j’ai un ami!

et paf!

les amis de cet ami -dont un avec qui j’ai mangé hier midi, et une autre qui taquine le squale aux franches antipodes- éclosent dans la colonne de droite sous ma mirette ébahie!

( je garde l’autre pour le pain sur la planche )

Bref!

le petit vaste monde rejoint le gros réseau social,

j’en suis le premier surpris,

et advienne que pourra.

.

.

.

En limousois, je suis bien

N’en déplaise à l’Hérault, ses vagues, ses châteaux,

Ne s’offusque l’Aquitaine aux enivrants coteaux

N’en disjoncte l’Ardenne, à rien d’autre parable

N’en t’esbignes ô Picardie, ô Flandre, ô Bretagne,

Et non plus ne partez pas, l’ Alsace et la Lorraine

Non. Mais nenni point et trois fois non, rien à la cheville n’atteint

les fraiches, ronde et  jolies,

heures coulées en Limouzi.

Voilà ce que je me dis,

là-bas quand j’y suis.

.

PS : Lot, tu tiens trop du paradis terrestre et je suis trop vilain.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 115 autres abonnés