Posts Tagged 'Avignon'

Y en a qui bossent

.

.

Pendant c’temps là y en a qui bossent
Carburent sévère sous leur crâne
filent l’haleine de l’auteur, dissèquent la phrase, soupèsent la virgule
puis vont déposer tout ça en souffle, parcequ’il le faut, naturellement
sur la pente intranquille et rongée des planches.
Tu sais, les planches ?
Ce truc à Molières et à Palais des Papes ?
Ce truc un poil enflé et très nid à poussières ?
squatté par des chomeurs qui vapottent toute la sainte journée ?
Truc qui pourtant fonctionne toujours depuis les bonnes vieilles cavernes et te donnes la chair de poule sans moteur trois D.
Encore faut-il que ça planche sévère, avec ou sans billets.

Et quelque chose me dit qu’en matière d’oseille, au-delà du « pour cent culturel »
(et défiscalisé) la phynance qui nous gouverne n’entend guère le pas vu à la télé et qu’en haut lieu on finira bien par ordonner tout ça.
Qu’en certain ministère, entre deux bombances de l’entre soi,
on voudra bien la profession un peu plus überiser.

Alors ça sera Avignon toute l’année.



Gare Centrale en le IN

.

.

.

AXE d'avignon

.

.

Bruxelles a beau être à la pointe en de nombreuses matières, de la mousson délocalisée au trempolin des Goldman Sachs, c’est aussi et surtout un joyeux vivier théâtral et un certain Jean Vilar, neveu d’Eddie Merckx et belgophile de renom ne s’y est jadis pas trompé en créant tout un festival pour accueillir sans grumeaux la crème de ce bouillonnant bazar.

Certes, il y a donc l’incontournable théâtre des Doms, le Guilgamech et la Manufacture, entre autres, qui programment les pimpants ressortissants de la cocagne du Nord mais, cette année, cerise sur le gratin, y a la compagnie Gare Centrale qui joue dans les jardins de la Vierge du Lycée Saint Joseph autant dire dans les pas de Molière et à l’ombre de Racine bref, dans le IN, la cour des grands s’il en est et c’est ni rien, ni tous les jours, mais ça n’engage que moi qui suis bien content pour eux et d’ailleurs c’est complet.

 

 

 

 

 

aux Doms donc

. . .

Fadilette où la corvée de patates

Ministre ministrant

.

 

.

J’ai bien l’honneur d’avoir pour les Doms -belgien théâtre éminemment avignonnais- commis une « fresque » ( par là s’entend un assez gros panneau fièrement boulonné dans la cour arborée bravant intempéries et péripéçades )
On peut l’entrevoir ici mais le mieux c’est bien sûr et incessamment d’en Avignon aller puisque c’est fait pour ( sauf si vous êtes ministres, même premier )

 … Merci aux Isabelles, à l’Hervé, la Béné et à toute la fine équipe pour leur confiance et leur patience gratinée.

 

.

 

 

LA FRESQUE des Doms

 

 

 

.

 

.

 

.

 

 

 

 

 

http://www.antoineblanquart.org/AB/Doms.html



Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 102 autres abonnés