Posts Tagged 'Belgique'

Sauvons la Belgique ! ( ou du moins ce qu’il en reste )

.

.

G momixland

.

.

il y a des jours où tout pourrait filer droit, sans anicroche, des jours où l’on pourrait gouter aux joies de l’automne comme s’il en pleuvait et croire à la pérennité de toute bonne chose et sourire serein en regardant pousser les lardons mais il y a un mais : des andouilles patentées partout tapies pointent à la moindre occasion leurs mesquines mesurettes visant à ne plus miser que sur le rentable. Il s’agirait aujourd’hui d’abolir la gratuité de l’enseignement artistique pour les enfants et les chômeurs de nos belles académies qui brillent dans la nuit comme un phare, un répit.

Et pour sûr, ces enfants qui vont apprendre à voir et à regarder, à tenir un pinceau sans peur, ces gens qui vont le soir dans les ateliers chauffés et humains des académies royales privent froidement de belles heures de cerveau disponible les croissants de ce monde.

Économie envisagée : un million d’euros, (c’est à dire environ deux potentiels nouveaux logos pour la région wallonne où quelques rutilants ronds points à la gloire de quelque passé bien révolu)

Bref, ci-dessous une pétition pour le maintien de la gratuité de tels endroits de perdition (gratuité toute relative quand on pense que c’est à l’éléve de payer les fournitures, soit directement, soit par une participation à une coopérative), si le clic vous en dit (non belges admis, après tout c’est l’Europe, ou du moins ce qu’il en reste…)

https://www.lapetition.be/en-ligne/Academies-La-gratuite-c-est-fini-13660.html

 

.

.

.

Méprise de la Critique (ou les petits riens à Tintin)

L’autre jour, c’était l’automne et dans une arrière cour de Charleroi se tinrent (un peu) les Prix de La Critique

La presse francophone belge décernait ses lauriers au petit monde du théâtre, francophone lui aussi comme ça on reste entre nous.

le jury de biais.

.

Une sympathique fanfare,

Un maitre de cérémonie sans fiches plus habitué à causer dans le poste à galène qu’à tenir

un parterre principalement constitué des compagnies nominées à un prix ou à un autre.

Enfin, un jury, de travers, un peu gêné aux entournures ou désabusé, on ne sait.

Le chef d’orchestre de la fanfare et une lauréate émue.

.

Dans ces « molières » sans ministre ni caméras,

les belles ou vigoureuses, un rien frondeuses envolées de certains lauréats à la langue bien pendue finirent dans les cintres et

le pince fesse qui suivit avait de faux airs de collation d’après enterrement.

Joss de Pauw (tiens, un flamand ? Salué pour l’ensemble de sa carrière) écoute patiemment

les hommages égarés du grand prêtre de la soirée à une Belgique hélas révolue.

.

Mais le pompon fut atteint par le prix du meilleur spectacle qui fut en cette ténue soirée décerné à JoëlPommerat, pardon, à Cendrillon (de JoëlPommerat) et si je suis mille fois convaincu sans l’avoir encore vu que cette pièce est magnifique, formidable et « trop géniale » comme l’écrit en rêve une de nos grandes plumes nationales… il y a un « mais »…

Joël n’était pas là alors ce sont donc ses -chouettes- comédiennes qui ont lu le petit mail de remerciement que, prévoyant, il avait tapé au cas où.

Et, alors qu’elles semblaient disparaitre peu à peu derrière ce petit mot, une rage sourde commença de m’oindre les artilles :

le maitre de cérémonie jouant la montre (cassée)

.

Contrairement aux autres spectacles en lice, celui-ci a bénéficié d’un budget belge colossal (et fut par ailleurs coproduit par l’Odéon, pas celui de Namur, l’autre ce qui n’est pas rien mais c’est Pommerat)

 (et il fallait voir, les jours d’audition, tous les comédiens que compte la belge francophonie faisant file devant la boutique au coco.

voilà.

Le jury de la presse culturelle belge a récompensé un français (largement déjà encensé de par le vaste monde)

N’est-ce pas espérer qu’un peu de la (largement déjà) gloire de l’encensé retombe sur un les émetteurs d’un choix si avisé ?

Ou comment un prix honore plus ceux qui le décernent que celui qui le reçoit.

C’était peut être pas les « molières », mais y avait du de la Fontaine là dedans.

où le jury, sans sang chaud pencha… pour Pommerat

.
.
.

article à propos de Cendrillon

Dieu économise la reine

.

Ô chevilles extra larges,

Nos boites aux lettres vont pouvoir respirer

Ô fervents copinages,

la pub derechef pouvoir s’y immiscer,

Les (élections) communales sont (enfin) terminées

et avec elles, sauf exceptions*

grandes poissonnes et gros poissons reconduits en leurs pimpants sièges

pour regarder bien d’en face sombrer tissu social et fanfare municipale

au grand soulagement d’une presse qui ne se voit vraiment pas orthographier de nouvelles têtes.

Mais je m’emporte…

Pas d’ouragan de ce côté. Juste le nouveau disque de Florent Pagny

.

.

.

*les exceptionnelles gens sont normales souvent : sans la maudite bosse du clientélisme… Mais je m’emballe…

.

.

Ci-lié, une petite rencontre sur France Inter avec mes camarades d’exil et à 42’45 », un des hôtes délicieux de ces belges bois.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 127 autres abonnés