Posts Tagged 'Bruxelles'

trolle* de tram

 

 

bpaxlnumeriser-31

 

 

.
bxlnumeriser-37

 

.bxlnumeriser-36

 

 

 

 

.

 

 

*troller : si si, c’est français (mais vieux) du latin tragulare, « suivre à la trace »  \tʁo.le\ intransitif ou transitif 1er groupe (conjugaison)

(Chasse) Quêter au hasard dans une enceinte où l’on n’a pas fait détourner la bête.

Publicités

Billet N°11 des nouvelles de la compagnie Gare Centrale

J’ai bien l’honneur d’ici vous présenter le dernier billet de la compagnie Gare Centrale dont l’actualité resplendit sur nos latitudes comme le miel sur la peau de l’ours.

 

billet-mailchimp.

Pour le voir, un clic ici devrait faire l’affaire.

.

 .

Allez hop ! dans l’poste…

.

 

.

 

.

 
parole errante4.jpg

 

Enfin ! la gloire ! le Bercy du Broadway d’Hollywood en Piccadilly !
voilà mes croquis projetés ni plus ni moins que sur les ondes d’RFI !!!
enfin, sur leur site, et ce grâce à l’internationale vista de Monica Fantini
à qui j’ai eu l’immense honneur de servir de guide dans les bruxellois transports
par une claire matinée de l’hiver dernier.
Si vous le pouvez, munissez-vous d’un casque car l’enregistrement est en binaural, ce qui en  dialecte microphonique et en gros signifie que c’est de la 3D sonore, et qui marche.

Voici le lien vers la page, un petit quart de minute de pub suivra votre clic impatient et la définition laissera hélas un peu à désirer (on est à la radio, ne l’oublions pas) mais ça y est, c’est la gloire, l’académie française, l’almanach vermot ! le manitoba ne répond plus !

Merci à Monica Fantini qui a pris le train pour prendre le tram, pour sa confiance et cette belle et généreuse idée.
.
.
.

parole errante2.jpg

.

.

.

.

.

.

.

 

Gare Centrale en le IN

.

.

.

AXE d'avignon

.

.

Bruxelles a beau être à la pointe en de nombreuses matières, de la mousson délocalisée au trempolin des Goldman Sachs, c’est aussi et surtout un joyeux vivier théâtral et un certain Jean Vilar, neveu d’Eddie Merckx et belgophile de renom ne s’y est jadis pas trompé en créant tout un festival pour accueillir sans grumeaux la crème de ce bouillonnant bazar.

Certes, il y a donc l’incontournable théâtre des Doms, le Guilgamech et la Manufacture, entre autres, qui programment les pimpants ressortissants de la cocagne du Nord mais, cette année, cerise sur le gratin, y a la compagnie Gare Centrale qui joue dans les jardins de la Vierge du Lycée Saint Joseph autant dire dans les pas de Molière et à l’ombre de Racine bref, dans le IN, la cour des grands s’il en est et c’est ni rien, ni tous les jours, mais ça n’engage que moi qui suis bien content pour eux et d’ailleurs c’est complet.

 

 

 

 

 

Au tram, et caetera

.

.

.

en tram et famille

à l’aller…

.

en tram large

…au retour

.

.

.

Vieil orvet copieux à la
couleur pompiste au
trajet raide qui tranche à cru
la ville broll aux molles courbes
ça étincelle, ça poinçonne sec
ça crisse et mon âme rouille,
fait sa princesse mais merde à la fin !
il a du chien (mouillé) c’bon vieux quatre-vingt un.

.

.

.

Ne faire que passer…

 

.

Cuisine rue de la cour

Hondschoote, vers le frigo…

.

…On ne fait que ça, plus ou moins, mais ça se complique parfois

comme ce soir où, de retour au bercail, j’ai erroné par trois fois mon code de vélo Vinci (ou Decaux mais qu’importe)

et donc vu ma carte bloquée et ma soirée noyée… j’avais mis ma plus belle écharpe pour aller revoir l’étrange et pénétrant Institut Benjamenta à Océan Nord… hélas!

…Mais j’y pense, et ça ne manque pas de sel, ce foutu code c’est sans doute ma date d’happy birthday!

.

…On croit rêver…

.

.

 

des gens…

 le faucon de la Porte de Hal

le faucon de la Porte de Hal et son clope

Où en étais-je, liège?

à Liège,…Où en étais-je ?

gens de Sète

belle de Cète et barbu du coin

in het 81 tram

Dans le 81

au Delft une bergère et un aquilin liègeois

Une bergère au Delft et un aquilin liègeois.

dame

Une dame et mon verre

au Delft

mon pâturage au Delft

.

.

Simples belges, royaux sujets ou

Du grand pédalo francs passagers

Les gens sont bien bonnes avec moi

se poussent, s’assoient, se plantent, repassent

pile comme je n’osasse en rêver

et s’ils gigotent alors qu’en loucedé les croque

comment leur en vouloir?

Merci les gens, et mes excuses, j’aimerai bien être moins furtif et plus franc

mais je veux croire à ma transparence, c’est con,  je devrais être une mouche,

et pour vous rendre grâce, plus habile de mes digts doix.

.

.

le poil de facebook

.

.

.

41 COJO for ever

.

…Sous ce jeu de mot douteux je cache à peine mon désarroi, en effet, je ne sera pas là pour aller revoir la bordelaise compagnie Ouvre le Chien au théâtre 140 (Bruxelles) donner leur formidable et tonitruant souk endiablé modestement intitulé  « …Plus tard, j’ai frémi au léger effet de reverbe sur « I feel like a group of one » (Suite Empire) »

si vous ne savez pas où donner de la tête les 5, 6 ou 7 février dans cette bonne vieille capitale de cette bonne vieille europe, je vous les conseille, et si vous n’aimez pas, je vous déshérite. Si vous avez aimé, alors ne ratez pas « Et puis j’ai demandé à Christian de jouer l’intro de Ziggy Stardust… » leur glorieux précédent opus.

Onem ou Onem pas…

.

.

.

mise au parfum

Au syndicat, lors d’une Petite séance d’assouplissement de l’échine en prévision de l’imminente convocation par l’ONEM°.

.

.

Ne prêtons pas l’oreille aux cassandres de la crise.

Cherchons : ce qui se fait rare n’en est-il pas plus précieux?

Ou du moins faisons comme si; la pompe -qui sait- peut être s’amorcera.

Ne nous élevons pas contre ce qui cloche mais devenons-le et sur un pied restons

Onem.

.

.

° O.N.E.M : Orifice National pour l’EMploi

un dimanche loin de Plougastel

 

.

.

 

.

.

Au volant à Bruxelles et plus tard un merveilleux

Alentour s’amoncellent les plus meilleurs des vœux.

.

.

Permafrost blues (et autres perspectives)

.

.

Place Eugène Flagey, Bruxelles, l’invasion française semble s’accompagner des signes incontournables d’un réchauffement climatique.

.

Aux caisses du supermarket, grace au bluetooth il soliloquait pour préchauffer ses cheeseburgers.

.

À la poste… Hormis la privatisation rampante, rien.

.

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 129 autres abonnés