Posts Tagged 'Cantal forever'

Aurillac au saut du lit.

.

.

Courbe monte l’avenue et ses vergers en contrebas des voies ferrées vers…
.
La gare qui depuis belle lurette et un ministre prometteur (qui lui depuis a fait du chemin)
voit passer plus de bus péteurs que d’électriques petits trains.

.

.

Errare humanum est °

.

.

L’autre matin devant chez Bonal,
Noble vitrine du Cantal,
haute institution fromagère
aux si bien faites étagères
Je vis le cône orangément amène
d’une fabuleuse boulette d’Avesnes,
chez les Arvernes ? Quelle étrangeté !
et pas peu fière, en majesté.

Piqué dans ma curiosité je poussai la porte vitrée et
entre deux bourgeoises emplettes demandai à la crémière
si cet étrange nom de boulette n’aurait, par je n’sais quel mystère,
le même trés humain pédigrée que l’heureuse bêtise de Cambrai.


Je ne suis pas sûr ce soir d’être plus avancé mais c’est beau un sourire, même masqué.

.

.

°same old same old

Quelle mouche es-tu-je ?

.

.

.

.

D’une fenêtre l’autre, loin du chaos,
des olympiades. Imperturbable
tu ponctues de tes assauts têtus le calme plat, le désert mat où nos reflets repassent et à mesure se ressemblent.
.

.

.

Aveu primesautier

.

.

.

Allez, n’en faisons pas un secret et ceci sans vouloir quiconque éxpater mais du Cantal à la Sibérie, de Venise aux Patagonies, de Molenbeek à Paris ou de Sète à Feluy, j’y tiens -ô combien- à ma petite sieste.

Cantal à la coupe pleine

.

.

.

.

Trop d’eau en mai sur le moral du pékin tape
mais à la moindre éclaircie il saura
sous sa peau rosie par les frimas
sentir ses os blanchir dans une petite flaque de gras.

`

.

.

Cantal

.

Là haut pas de grands cañons,
d’insectes rares, de crotales tapis,
d’excès ébahis malgré l’écrevisse californienne et le pharisien Wauquiez

Là haut c’est, entre deux touristes fuyant les plaines de bruit
la paix massive de volcans bien éteints
dont les orages d’été sont peut-être l’écho sévère et facétieux
qui sait ?

En tout cas c’est ici que fut inventé la tome.

.
.


au gué

.

.

Vive la rose et le lit là.

.

.

.

.

Merci Maurice.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 140 autres abonnés