Posts Tagged 'civilisation de pointe'

Quo vadis ?

.

.
Une fois dûment scanné
on peut dans l’anisette
piquer franchement du nez
ou dans la pils peut-être
faire de belles grandes brassées
c’est la magie QR
de la liberté vraie.
Le bon grain et l’ivraie
tous vigipiratés.

.

.

.

Aux Vieilles Forges born again

.

Sisyphe de son beau jouet rouge diesel un jour sur deux peigne la girafe, déssalope la plage dans un noble et gras nuage.

Un yogi matinal cherche sous la nuée un trou, une clarté à saluer à l’abri de la bise et relit son bréviaire sous l’abat-jour de brume. De rares chien.ne.s se promènent, leur maitre.sse en bout de laisse finit sa nuit. sur le parking desert, la saison fait tâche d’huile. Quant à moi, au mépris du silure, barbotant à mon rythme dans la baille officielle je fais je crois bien rire les canards.

Aux Vieilles Forges fourbir ses vieux os, si la vie n’est pas finie elle peut reprendre… plus haut ?

Aveu primesautier

.

.

.

Allez, n’en faisons pas un secret et ceci sans vouloir quiconque éxpater mais du Cantal à la Sibérie, de Venise aux Patagonies, de Molenbeek à Paris ou de Sète à Feluy, j’y tiens -ô combien- à ma petite sieste.

Miss Sète

.

.

.

.

Peut-être,
pourquoi pas.
Après tout
qui sait ?..

.

.

Attention au départ

.

Il en faut du sang froid pour qualifier d’accident de voyageur un suicide sur la voie.
.

.

.

.

Est-ce froide vengeance pour la gène occasionnée ?
Haine recuite envers les perdants trouble fête ?
Cécité plate d’un monde pour ses désespérés ?
Effréné souci du confort moral passager ?


Sans fleur ni couronne, mort inouïe.

.

.

Banc public avec vue

.

.

.

À Mende un banc. Demain – qui sait ? les yachts ne courant pas les rues – mon abri côtier ?

Zoning ensoleillé

.

Quelques instants en lisière de la civilisation.

.

.

Voyageurs du temps jadis

.

Zorro a composté

Il somnolait vers l’avenir
Peu importait le sens du siège, il allait de l’avant.
C’était antan.

.

.

.

Bellemarre s’est tu.

my first kitchen

Un pan de la civilisation s’effondre là, dans le poste.
Un drame si prévisible qu’il en était deviendu improbable
éteint un peu plus une époque
révolve un siècle,
parachève l’inexorable pente
qui nous entraine la tête et les jambes.

Soudain, un fleuve immémorial s’est tari, tu,
et tout à coup, on n’entendra plus sa voix d’cailloux.

… Soit, on aura bien vibré, ma grand mère et moi même,
ces après midi là, avec ses histoires vraies.

.

.

.

.

.

.

La Mort du Petit Neurone Blanc ( suite )

.

.

la mort du petit Neurone Blanc sm

la fondue du casque

.

.

.

Paisiblement et l’air de rien

Ou de se limer un ongle

Elle s’fait doucement sauter l’caisson

à pleine puissance de son casque rose bonbon.

En rythme dodeline bonhomme l’indifférence gênée de tout un wagon

Et j’avoue avoir soupesé l’idée scoute toujours d’abréger ses souffrances.

.

.

.

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 113 autres abonnés