Posts Tagged 'de dos'

Cher public

.

.

.

.

Riches heures strépytoises (Hainaut là gai)

.

.

.

C’était pendant que nous n’savions
si l’on pouvait rejouer ou non
l’œil sur le dioxyde de carbon
c’était vraiment très juste et bon :

Un gradin de petites gens assises
acceptant comme un seul homme
que devant eux d’autres gens cuisent,
boivent, muent et jouent et debout dorment.
C’était tout con, vieux comme le monde
cette heure sur la même longueur d’onde.

On redoutait moins l’omicron
Que l’incertain dit Codécon*
aux petits fours ne se retranche
et nous re-scotche au canapé.

.

.

.

Pour nous changer les idées, je vous lie cet air qu’on entendait jadis dans les faubourgs napolitains et qui ce matin peut-être fait se trémousser les froides fesses du Kremlin.

.

* le codéco est en Belgique le Comité de Concertation qui jongle entre la pandémie et les interêts communautaro-polémiques, économico-macroniques, pharmaco-linguistiques, royaux télégéniques… la vie quoi (sauf la suppression des lits d’hôpitaux n’est pas de son ressort)

Bon hiver°

.
Heureux l’enfant sage qui lève bien haut le doigt.
Ainsi, s’il beaucoup neige où que de l’école le toit
faute de moyens sur lui du faux plafond choit
les secours le r’trouveront plus aisément fissa
et s’il a plus de cinq ans, on te le vaccinera.

° Ami.e si tu cliques sur l’image, en cette frisquette fin 21, la magie des hyperliens te mènera jusqu’à une musique qui cette année m’emballa. Comme je ne suis pas Rock’n Folk, ça pourra te sembler réchauffé mais c’est d’bon cœur – (Bon Iver – the wolves)

de dos IV (tchouze france)

.

.

.

Si dès le collège tu t’arranges
des pressions sourdes à étouffer
nimbé de vigilance orange
au gout d’ephad à modeler
Tu as -penses-tu, petit frère-
quelque part droit de t’exprimer,
ainsi t’embrassait Hanouna hier :
« vas, gros, consomme en paix »
mais…
… Ça peut ne pas marcher
et qu’un grave besoin de danse,
de dégonder du cadre, de prise lâcher
(aux confins du canton pour pas trop déranger)
Et si tu as une main en trop, Choose France,
sa finance, ses bisounours et ses préfets.

.

.

.

.

.

.

`

Depuis

Vaccinodrômie

Depuis mon pfyser
je me réveille à l’heure,
j’applaudis les gouvernons,
achète mon pain sur amazon.

Même si sur le chemin des douaniers on
peut encore me gratter du nez le fond.

.

Mais, quand ils auront retrouvé l’europE et son harmonie phynantrope
quelque chose me dit, frère migrant
que tu vas sur ce nouveau pass
salement te peter les dents.

.

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 144 autres abonnés