Posts Tagged 'début de la fin des haricots'

Cependant (bourgeons-nous ?)

.

Ailleurs là-bas dans l’ombre du rideau de fer des percos rouillent de ne plus entendre nos grossières philosophades et nous ici, subdivisés, perclus, contraints à prendre poussière, on aura (si l’on veut bien s’épargner le gourmand décompte des cas quotidiens par Jean Jacques Demorand-Bourdin) on aura peut-être en ce printemps sous cloche la chance de se voir repousser du cerveau disponible.

J’imagine d’ici la taille de la cellule de crise qu’il va leur falloir déployer en haut lieu pour nous faire remonter dociles dans le manège, maintenant qu’on sait tout ce qu’il écrase.

.

.

.

Être au monde

.

.

.

.

.

Et peu à peu, à l’ombre des hashtags glisser en Kardashie.
Mais je suis un félon et vous l’aurez noté,
elle lisait bien un livre et c’est moi qui l’ai posté.

.

(supplément gratuit)

.

.
Non loin de là, dans l’angle mort, un baroudeur loin de sa mère la dévorait des yeux.
.

Et moi, qui étais-je donc ?
et où allai-je alors ?
.

Valence TGV (bis)

.

.

.

.

Au pied de la montagne oú l’horizon galope en souvenir du Facteur Cheval
Luit l’énorme piège à pigeons où ronronne entêtant l’alzheimer national*.

.

Où les moustaches du chef de gare, drôle d’oiseau regretté, sifflent désormais dans les pales d’un robot balais.

.

.

*Montpellier sud de france/Nîmes pont du gard/Avignon tgv… mausolées bétonneux où prospère la triste farce vidéo surveillée.

Paye ta joie au starbuck café.

.

.

.

.

.

.

banal bouchon

.

.

.

Parfumade

.

Dans l’embouteillage qui me rend à Sète

tout pue tant et la radio grazouille sec

qui dit que Trump l’est, mais moins qu’Alep.

 

Mon île, de tout ça certes est bien loin,

mais est-ce que je pousserai le bouchon

en humant le Pétrole derrière tout ça ?

.

.

.

.

Tout le monde peut s’tromper

.

.

.

t-r-u-m-p

 

I have a nightmare

.

.

.

.

.

.

Allez hop ! dans l’poste…

.

 

.

 

.

 
parole errante4.jpg

 

Enfin ! la gloire ! le Bercy du Broadway d’Hollywood en Piccadilly !
voilà mes croquis projetés ni plus ni moins que sur les ondes d’RFI !!!
enfin, sur leur site, et ce grâce à l’internationale vista de Monica Fantini
à qui j’ai eu l’immense honneur de servir de guide dans les bruxellois transports
par une claire matinée de l’hiver dernier.
Si vous le pouvez, munissez-vous d’un casque car l’enregistrement est en binaural, ce qui en  dialecte microphonique et en gros signifie que c’est de la 3D sonore, et qui marche.

Voici le lien vers la page, un petit quart de minute de pub suivra votre clic impatient et la définition laissera hélas un peu à désirer (on est à la radio, ne l’oublions pas) mais ça y est, c’est la gloire, l’académie française, l’almanach vermot ! le manitoba ne répond plus !

Merci à Monica Fantini qui a pris le train pour prendre le tram, pour sa confiance et cette belle et généreuse idée.
.
.
.

parole errante2.jpg

.

.

.

.

.

.

.

 

Recyclons les beaux monuments d’antan

Ah la bonne nouvelle !
il se trouve donc des gens assez nombreusement réveillés pour passer la nuit debouts sans craindre ni le froid ni la pluie ni le matinal crachin du coquin préfet.
et une radio d’y naitre et émettre de 18h à minuit

Si vous voulez vous aussi être au chaud avec eux, c’est par ici.

Et  la pétition pour soutenir un mouvement qui redonne du lustre à nos jolis monuments, c’est par là,

Répupu

 

les archives des précédentes nuits de ses dangereux activistes.

premier Janvier 2015

… Place des Vosges, au jour de l’an,
il faisait beau, légers les gens
c’était il y a bien longtemps…

 

 

Numériser 71

 

 

Numériser 69

 

 

Numériser 70

 

 

Numériser 72

 

 

 

Radio France a un souci d’ADN ?

.

.

.

Zonder Titulo

Sans Titre (Dans le poste) -pour Syntone-

 

 

Mathieu Gallet a beau nous jouer ses plus belles cassettes,

au bout d’un moment on perçoit comme une diette,

et la grève illimitée derrière les bluettes acidulées.

On sent des artisans des ondes la colère ravalée

derrière la peinture fraiche de la Maison Ronde

et si soudain on n’est plus d’infos gavés,

on voudrait des nouvelles de ces mouvements sociaux.

Puisse cette affaire de moquette fumer ce despote à galène

puisse-t’on voir sinon sa tête de bellâtre gérant au bout d’une antenne

au moins sous le pont Mirabeau son parachute en torche

et tout petit déjà loin passer le Havre pour Harvard,

à son clan d’eugénistes du Service Public renvoyé

sous les yeux ravis de nos feuilles enfin rendues à la bonne radio

ringarde puisqu’exigeante dans un paysage par ailleurs atone

tant il est bariolé de pub, de copyrights et d’hurleurs compressés patentés stéréo.

 

Merci ô mesdames et messieurs les grévistes de tenter de sauver notre radio.

 

Cela dit, il n’a pas complètement tort, le lisse Mathieu Gallet, l’homme qui cru inventer la radio filmée :

le numérique a du bon , il permet d’écouter la confrontation de ce « beau gosse »° et de ses administrés justement remontés.

et de signer la pétition de soutien à un service public nécessaire et ambitieux.

 

° d’après Pascale Clarck, artiste maison, passionaria de sa propre et bonne cause, DJ rebelle de la mèche pérmitente, soutenue elle par Jean Patrick Bourdin Cohen, roi du pétrole s’il en est.

On n’est pas rendus…

.

.

.

.
un angle

.

.

Toute à l’heure dans la rue, il y aura des gens remontés,
des gens pourtant d’ordinaire plutôt amènes,
des gens qui comme beaucoup sont inquiets
et pas qu’un peu
du peu de cas
qu’en haut lieu on fait d’eux,

Eux qui pourtant se décarcassent pour faire société, créer du lien bien ficelé,
faire remuer les choses, les cœurs, les méninges ou les popotins.
Et qui souvent ne comptent leurs heures que parcequ’il le faut bien
( et encore pas toutes )

Toute à l’heure dans la rue, ces gens se rappelleront au bon souvenir des parties au pouvoir,
cette pétouilleuse nébuleuse, opaque forteresse zombifiée de népotismes en lobbies.

Car si la culture est depuis même avant Tonton Sapiens ce ciment qui fait société, elle a aujourd’hui fort à faire face au juteux business de la peur de l’autre, bien élevée en batterie à gros flux d’ignorance par des grosses boites mafflues qui par ailleurs picorent allègrement des fonds publics, bien publics, déguisées en parangons d’éthique, en braves gens honnêtes et abusent du permittent jusqu’à l’os. (et plus je m’escagasse sur ce clavier plus je pense aux infirmières, facteurs, sages femmes, assistantes sociales et j’en passe… on est loin d’être seuls sur cette galère, ça peut faire comme un grain dans leur marina)
Et s’il reste sourd, le pouvoir, ben les copains, on a the Voice
pour seul et souffreteux espoir.

.
.

.

.

Serait-ce l’assaison ?

.

.

.

no flux, no flouze

(le retour de nounours aux affaires ?)

.

.

En tout cas ça sent le roussi pour la culture, par les bords ça crame, au milieu ça rogne, ça divise et soustractionne, les affreux sabreurs de fonds font leur office et les (belges) intermittents s’enfoncent dans le flou bureaucratique qui chaque jour, crise oblige, rigueur exige, mayonnaise fige, met l’avenir un peu plus dans la panade étoilée .

Dans les faits, pour l’heure il s’agit simplement d’empêcher les jeunes techniciens du spectacle d’accéder au « statut d’artiste » ( l’intermittence belge ) usine à gaz à l’image de l’état dont les caisses hélas se vident alors qu’il reste encore tant de ronds points à faire pour prouver à l’europe que tout baigne…

[url=https://www.lapetition.be/en-ligne/Art-et-Culture-Les-techniciens-c-est-fini-13676.html][img]https://www.lapetition.be/images/btn_signpet_fr.gif[/img][/url]

. encore une fois, on peut signer même si l’on vit sur Mars, si on apprécie un tant soit peu la petite lueur que fait la belge culture dans le ciel de l’univers et celle que fait la culture dans nos vies, mais ne suis-je pas par trop corporatiste ?

.

.

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 97 autres abonnés