Posts Tagged 'Gravure'

Mais où ai-je la tête ! ?

C’est pas parceque j’y suis plus que je ne dois pas ici par la présente vous enjoindre à aller voir ce que sous l’aile de l’éminente Anne Kellens mes petits camarades de gravure ont pondu !

C’est rue Sans Souci, hier (où avais-je la tête ?!) ce soir, Vendredi de 18 à 21 h et Samedi matin jusqu’à l’heure du sacrosaint match que d’aucuns gagneront pendant que d’autres l’auront perdu. Et ça va faire rouler plein de gens de manière fort amusante…

 

 

Atelier sans souci un peu flottant

.

 

.

 

je dis ça en espérant que la FIFA touche un peu d’argent sur les amendes perçues, ce qui ne serait que justice.

Mince alors ! c’est les vacances…

.

.

l'homme allumette

l’homme allumette

.

.

J’étais sur une plage, seul à barboter après une journée de labeur comme seul le Midi sait en faire quand le TSF* que j’ai toujours en poche sonna.

Depuis, un tapis rouge semble sous chacun de mes pas dérouler ses ourlets, les réverbères crépitent comme flashes sur la Croisette, le tout sous une pluie de pétales de tilleul car c’est l’essence qui pousse ici, chez moi, à Ixelles.

En effet, ponctuant finalement une grosse décennie de présence en la très honorable École des Arts d’Ixelles, le collège des Bourgmestre et échevins m’a remis son prix. C’est pas rien les copains, ce serait le Prix de Rome si Rome était ici.
Alors j’en profite pour remercier fièrement Anne Kellens, la belle et bonne fée qui sur l’atelier chaque soir se penche sans compter, et saluer Philippe, Anne, Thierry, France, Martine, Maud, Joke, Bruno, Gloria, Muriel… et tous ceux qui ont du supporter mes blagues et mon bazar, pour leur allant qui fait en cette riche atmosphère si bonne émulation, sans oublier la disparue Silvia Kristel ( que je n’ai jamais croisé maman, je t’assure ! ) et l’infiniment regrettée Réjeanne Hallet. Salut aussi à Georges qui n’était jamais très loin, à Alain, el director et à sa palette de secrétaires et enfin à Bruno, le concierge qui souvent a du nous pousser dehors pour pouvoir cette noble boutique fermer.

S’impose un horizon : cet été, je me muscle, me bronze et me rase, pour reviendre incognito m’inscrire en première année.

.

.

.* Téléphone Sans Fil, si je ne m’abuse…

Ma chambre est bien rangée

.

.

Les temps changent

l’heure tourne

passent les champions

trilarirette là !

Les valeurs s’usent

le blé s’enfourne

y a pu d’saison

yodeli madelon !

Et seule la poussière,

seule la poussière,

seule la poussière

est pour de bon

oh yeah!

.

.

O mon bureau

Mon bureau mon ouvrage

.

.

Ce lapin…

.

.

COUV ce lapin qui s'impose

.

.

Ce lapin qui s’impose

là, au bout du monde

fait passer les nuages

danser les petites vagues

et bien rire les mouettes.

.

.

Plus jamais ça! (le grand désœuvrement)

.

.

.

.

hélas! ne l’ai-je pas assez dit!?

Jour après jour, s’étire l’amer constat :

)ni de l’acide, ni de la boite à grain, ni du japon (simili), rien de rien ne sortira.

Les verrous sont tirés sur cette affreuse semaine embastillée dehors…

Hier, jour férié j’errais donc en peine,

Les pavés made in china fuyaient mon regard…

qui tombait de Charybde en Scylla devant toutes ces boutiques ouvertes au chaland

quand au loin, en mon âme flétrie, noire et silencieuse

penchait la vaine silhouette de l’académie.

.

.

.

.

PS : C’est pas un peu fini ces bout rimés?

Pause malheureuse au sans souci.

.

.

.

.

L’acide sans répit s’évapore en grignotant l’univers. Une chips oubliée s’effrite d’une implacable agonie. Le white-spirit zieute l’encre noire en chien de faïence, tandis qu’au bout du couloir, la sonnerie ignore olympiquement l’heure d’hiver…

.

.

.

.

.

good news, raw blues, et caetera

.

.

.

.

Une bonne nouvelle pouvant (comme chez RailteamTM) en cacher une autre, Ratel, fin lettré du Haut Blues, occupe enfin un site .
Ça va donc être difficile de ne pas aller aux concerts qu’il recommande. (et je vous suggère de vous abonner à sa vigoureuse newsletter.
À Bruxelles, Philippe de Kemmeter participe à une expo édifiante (avec ses jolis dessins) qui fait que désormais, quand je serai grand, je ferai petit ingénieur.

Enfin, vous pourrez en suivant ce dernier lien du dimanche admirer les belles images de Myriam Delhaes , c’est sympa l’internet car c’est ma voisine d’en face!

Ne me tweete pas…

Ce soir, Mercredi 13, de 18  à 21 heures,Jeudi, Vendredi et même Samedi après midi, au 128 de la rue Sans Souci, 1050 Ixelles, les fiers occupants de l’Académie des Beaux Arts présentent le fruit de leur année, et votre sombre serviteur à bien l’honneur itou mais vous y pourrez voir, sous les auspices de la vénérable Anne Kellens, les épreuves de mes joyeux camarades dont la Anne Peeters, la truculente sirène et Thierry Mortiaux le moine facétieux.

Soyez donc les bienvenus

.

les vacances à sanssoucistraat

.
.
.

.
.
;

;

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 120 autres abonnés