Posts Tagged 'homme préhistorique'

Bellemarre s’est tu.

my first kitchen

Un pan de la civilisation s’effondre là, dans le poste.
Un drame si prévisible qu’il en était deviendu improbable
éteint un peu plus une époque
révolve un siècle,
parachève l’inexorable pente
qui nous entraine la tête et les jambes.

Soudain, un fleuve immémorial s’est tari, tu,
et tout à coup, on n’entendra plus sa voix d’cailloux.

… Soit, on aura bien vibré, ma grand mère et moi même,
ces après midi là, avec ses histoires vraies.

.

.

.

.

.

.

Publicités

Gens du Lot II (Ça sent l’sapiens)

En ces temps incertains où on est même pas sûr d’arriver entiers à la fin du Monde, prenons de la distance et visitons une grotte préhistorique…

Enfin, je ne sais pas si je dois promouvoir (gratuitement) ici la Grotte de Pech’ Merle, sis non loin des rives du Lot et de l’incontournable Musée de l’Insolite.

D’abord parce que le tarif est prohibitif : pas loin de 15 dollars européens par personne, c’est envoyé et quand on pense qu’on a certainement tous de la famille qui a bossé là dedans… plumer les ayants droits, c’est un peu fort de café!

Ensuite parce que derrière le pimpant hall d’accueil tout sent le sourd mais profond mépris du piège à touriste, de loin ça clignote, c’est incontournable, tu t’approches et t’aperçois hélas que c’étaient des moukabrins. (tendre néanmoins l’oreille, les appels à la visite sont dignes d’un Lourdes biélorusse)

Enfin parce que cette école où des générations de graffeurs fous se sont appliqués à mâcher le travail à Picasso ressemble plus à un disneyland post Tchernobylien (avec ses grillages anti-poules devant les fresques, ses guides épuisés, ses visiteurs que l’interdiction de photographier semble avoir démobilisé*, ses mousses louches et son café calamiteux) qu’à un berceau de l’Humanité.

Chez nos cousins germains, « Pech! » exprime un regret,

quant au merle, il était dans le chêne (à l’incroyable racine) trop occupé à digérer un chips frelaté pour se moquer de quoi que ce soit.

Conclusion : à voir sans hésiter mais noircir le livre d’or (je n’y pense que maintenant!)

*cruelle déstinée, les cartes postales sont un peu molligasses.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 54 autres abonnés

Publicités