Posts Tagged 'ma cabane au Canada'

Ailleurs (c’est encore moi)

.

Mille ans déjà…

.

.

.

Vues d’ici

.

.

Ma petite vie comme l’eau
Coule comme l’eau vive
Au menton j’ai mon maillot
Et suis sur le qui vive
Copié collé
Ah si seulement je savais
Oui débarquer
Un peu de ce presse papier…

.

.

. .

.

… Ces vues d’ici sont publiées de façon quotidienne car le confiné se doit de frayer avec son temps.
.
.

Tous les jours dimanche

(et l’aventure, c’est l’aventure)

3-4-XX
6-4-XX
confinesse is easy
8-4-XX
du soir
4-4-XX
7-4-XX
Poc a poc hariba Pâques
9-4-XX
ce soir y a du macron
5-4-XX
la tourterelle est turque
8-4-XX
beau merle sous ciel voilé
10-4-XX
goulamasse au matin

Alors que j’étais sous la douche on* m’a dit ce matin (maudit soit on) que pour occuper le confinement, un concours de « dessin depuis sa fenêtre » était organisé et soudain je me suis senti tout nu…

Serai-je un confiné né, moi qui depuis bientôt des décennies ne ponds qu’à travers les huis, serai-je ici à la fête ? Larron en foire de cette mondiale confinade ?

Las ! Je crains bien qu’oui, en tant que casanier forcené, dès que possible hors du temps (et d’œuvre) et inexorablement, indécrottablement banal.

Mais peu importe la case pourvu qu’on ait l’adresse.


Cela dit fallait-il monsieur le président pousser le vice jusqu’à (prévoir de) libérer la Nation le jour de mon birthday ?

Et étant donné l’ampleur de la chose, j’suis bon pour le jour férié.



signé Fêt’Nat.

 

 

*francinter

Coup de mol (tant qu’on a la santé)

.

.

.

Sans titre (Coup de Mol) 2017, coll. particulière

.

.

.
Attendu que le coude est un muscle qu’il faut savoir lever avec modération.
Étant donné le nombre croissant de nabots véhéments parmi les grands de ce monde
(inversement proportionnel à celui des grands singes, coquin de sort)
et vu que la grippe a prouvé depuis même avant Apollinaire de quoi elle était capable…
je vais peut être bien in fine reprendre du dessert.

.

.

.

Soudain… (souvenir creux)

.

.

.

.

L’instant précédent, tout était calme et plat, les mouches, grasses d’un été rebondi, allaient de table en table pour la beauté de geste, défendant leur dignité de mouches malgré la satiété. Tout donc était palme éclat quand soudain : rien, nix, nada

Et on a beau dire, parfois, ça fait du bien.

.

.

.

.

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 99 autres abonnés