Posts Tagged 'République'

fier comme bar tabac…

.

.

RADIO DEBOUT d'essaisSM  -c- on aère

 

 

… le bibi, de s’être vu confié par Syntone (pour le n°6 de son aventure de papier) l’illustration d’un article sur la belle envolée qu’est Radio Debout, place de la République… J’en avais déjà un peu causé, en mars, de ces artisans du Grand Soir qui ont, tandis que les micros de BFM et consorts pendouillaient aux ceinturons de la maréchaussée, capté un peu de notre besoin d’utopie, de communion, de grandes choses à taille humaine.

.

.

.

RADIO DEBOUT POUSSES sm

.

.

.
Les Carnets de Syntone donc, une revue qui cause de son, vous savez, le bruit une fois saisi par le microphone, et qui vient par les ondes ou le web vibrer entre nos feuilles, eh bien ils en parlent, et c’est assez éclairant.

 

 

RADIO DEBOUT TABULA SM

On commence à le trouver en librairie et on peut aussi toujours s’abonner ici.

 

RADIO DEBOUT pour rire SM

 

 

 

Merci à Etienne pour sa confiance et à la République pour ses courants d’air.

.

.

.

.

.

 

I had a dream ( printemps d’automne )

. .

Il parait que ça gamberge en haut lieu pour savoir quelle Grande Femme la Patrie reconnaissante va pouvoir empanthéonner…

.

Res poublica

.

.

.

Comme chez nos arrières grands aïeux d’Olympe ou leurs petits cousins Germains,
nos places, gares, ponts et chaussées sont d’accortes allégories ornés
car il est depuis belle lurette convenu que les grandes choses d’ici bas
sont par le beau sexe illustrées : Liberté, Égalité, Justice, Guerre, Nature, Bretagne, Raison, Gironde, Santé, j’en passe et des meilleures.

Mais qu’a t’elle donc encore de féminin, cette civilisation cupide et qui pue le diesel ?

Et comment l’esprit sain de nos grand-mères, le bon sens un rien Cochise, peut-il encore transpirer dans cette foire d’empoigne aux effluves d’aftershave ?

Alors, au pied du mur dans lequel on s’enfonce à bride abattue, déjà sonné peut être, pantois, j’imagine…
Que l’on dépose sans regrets les princes en place ( et leurs cliques à rolex ) pour confier la Nation « en crise » voire l’Europe (encore une plantureuse vachère) aux seules mains des femmes pour voir un peu ce que ça donne.

Chère Maman, je n’ai rien de grave à me faire pardonner, ni ne tente ici d’infiltrer les Femen, j’imagine candide une alternance plus radicale que celle des guirlandes roses ou bleues sur les ventres mous de nos représentants.
Messieurs, par ici la Sortie.

Et si on jette la Marine avec l’eau du bain, ça occupera Pascale Chark.

.

.

.
.

.

.

.

.

Dans les furieusement tendance années 80, il n’y avait pas que les barboteuses masquées des DaftPeunque, il y avait le grand pondeur d’hymnes, le sulfureux drukerisé Michel Sardou.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 120 autres abonnés