Posts Tagged 'théâtre'

Matins (tant va la cruche à l’eau)

Au large d’Okinawa fut retrouvé le mois dernier masqué, palmé, le corps sans vie d’un fameux mangaka adepte (comme votre obligé) du tuba. Souvent depuis entre deux brasses je pense à lui. 
Paix à son âme et inch Allah !
On ne pèse pas bien lourd et
il en faut du bagage
par les temps qui courent
pour être un peu léger…

Léger qui pas forcement ne flotte
Flotter qui pas forcement n’est gai.

.

Cher public

.

.

.

.

Riches heures strépytoises (Hainaut là gai)

.

.

.

C’était pendant que nous n’savions
si l’on pouvait rejouer ou non
l’œil sur le dioxyde de carbon
c’était vraiment très juste et bon :

Un gradin de petites gens assises
acceptant comme un seul homme
que devant eux d’autres gens cuisent,
boivent, muent et jouent et debout dorment.
C’était tout con, vieux comme le monde
cette heure sur la même longueur d’onde.

On redoutait moins l’omicron
Que l’incertain dit Codécon*
aux petits fours ne se retranche
et nous re-scotche au canapé.

.

.

.

Pour nous changer les idées, je vous lie cet air qu’on entendait jadis dans les faubourgs napolitains et qui ce matin peut-être fait se trémousser les froides fesses du Kremlin.

.

* le codéco est en Belgique le Comité de Concertation qui jongle entre la pandémie et les interêts communautaro-polémiques, économico-macroniques, pharmaco-linguistiques, royaux télégéniques… la vie quoi (sauf la suppression des lits d’hôpitaux n’est pas de son ressort)

Adieu camarade (et tant pis si c’est tarte)

.

.

.

.

.

Georges, franchement, je pensais pas ça possible.

Toi le Super hero en civil, 

plus royaliste que le roi, plus anar qu’un chat, 

toi le type à qui j’ai connu le plus d’ennemis, 

s’amoncelant comme un fan club 

sous ton grand rire plein de dents.

Aristochat parmi les rats de labo.

.

Toi le poète d’on ne sait où, cousin d’Apollinaire ou de Braque,

ton départ nous laisse petits, frères et pauvres

mais riches de t’avoir croisé, 

bien dans tes babouches d’emir sans palais,

Orage qui jamais vraiment ne pétait

Avec ta gueule de pâtre grec

Loup solitaire ami des mésanges et des hublots

.

Sans toi

Ostende va briller un peu moins, 

Venise va clapoter à vide 

et le plat Barbant wallon va redeviendre égal à lui même maintenant qu’il n’est plus -quelle horreur- arpenté -quel honneur- par tes antédiluviens godillots montagnards. 
.

Il va falloir bien de la ressource à Cioran pour expliquer sa présence pépère au ciel à son plus fidèle lecteur.

.

Salut Georges, merci pour tout et encore bravo.

à Anne, aux siens, mes sincères condoléances.

.

.

.

.

.

.

(les quat’z’arts ont fait les choses comme il faut…)

 

À certaines heures, on voyait presque la mer de cette cuisine à flan de coteaux (du Maelbeek, rien qu’ça)
Si une ancienne imprimerie a forcément du caractère, le travail y avait pour bibi un goût de colonie de vacances, d’antiques jeux de greniers et dans son précieux silence
les bois craquaient, l’acier vibrait, la pierre était fraiche et l’eau mouillait.
Ah les riches heures, les grandes personnes, les vastes mondes,
les perles rares d’un collier de nouilles stratosphérique qui défilèrent en cette ruche inespérée.

L’intemporel aura duré quarante ans. Mazette !
combien de couronnes ?
combien de ministres ?
combien de souris ?

Ces gens là, comment (et à quoi bon) mesurer ce que leur dois
Marianne, Jean, Didier, Guy…
Ô Sein gargantuesque et doux giron de Galafronie

Et pour votre confiance, merci infini.

 

a.

 

 

Billet N°11 des nouvelles de la compagnie Gare Centrale

J’ai bien l’honneur d’ici vous présenter le dernier billet de la compagnie Gare Centrale dont l’actualité resplendit sur nos latitudes comme le miel sur la peau de l’ours.

 

billet-mailchimp.

Pour le voir, un clic ici devrait faire l’affaire.

.

 .

Monsieur le maire, qui la regarde ta télé ?

.

.

.

.                                                                                                                                                   *logo VLM seguraland

 

.

.

 

.

.

.

.

*
Un petit maire endimanché, replet mais vif, rosé à souhait
réélu finger in the nose dans son luisant complet en dorade retournée
vit un beau soir et sans broncher son conseil municipal retirer tout subside ( la crise, vous comprenez )
au très rayonnant et non moins réputé théâtre sis sur sa cité… ( et réinjecter par ailleurs moult flouze dans la vidéosécurité )
fauchant en pleine saison
et toute impunité
une solide programmation
sans nul doute élitiste
comme ne peut que l’être un théatre sans décolleté,
ni poursuite sur un débiteur de vannes calibrées.
Depuis, néanmoins , à son revers en merlan frit
comme en pond tant l’amère Patrie
il aura j’en gage un pin’s « je suis Charlie ».

 

 

.

.

.

.

 

 

 

Moi, j’aime le music hall…

.

.…et je crois bien qu’j’aime bien le théâtre aussi…

Création collective

J’ai eu le plaisir et l’honneur d’illustrer, sur le thème de « la création » les huitièmes Carnets du Petit Cyrano, fruit de la CTEJ, noble et belge institution pour le théâtre Jeune Public, que le non moins noble, belge et ô combien monumental Maurice Sévenant ( s’il avait pu, Jules César l’aurait fissa embastillé ) considèra comme le véritable théâtre populaire, et il n’est sans doute pas le seul…

Merci à lui, et merci Cali.

TOCS Corde verte

le pdf se trouve ici

Mignonne allons voir si l’art ose… (l’empire des sens en goguette)

Les Arts Oseurs , vigoureuse compagnie de théâtre tout terrain, ont poussé sur les rouges rives du mystérieux Salagou et depuis peu on en cause partout.

Cet été j’avais suivi fébrilement leur Livret de Famille sur les austères hauteurs d’Aurillac et m’en réjouis encore alors quand on a su qu’ils jouaient leur tout premier spectacle Au Plaisir dans nos parages immédiats, fissa fîmes le saut de puce…

À l’issue du spectacle, c’est rituel, elles invitent au débat autour du sujet sensible, vaste et sinueux de la sexualité… Pour le coup ce soir-là, c’est de ces débats avec le  jeune public et de ses réactions au spectacle dont il fut question et ma foi, c’est bon d’entendre l’œil vif et bienveillant de ces fières baroudeuses nous causer du monde de demain.

.

CLERMONT L'eros

 

Clermont

.

.

Les Arts Oseurs entament bientôt une vaste tournée avec Livret de Famille, une franche adaptation de l’autobiographie de Magyd Cherfi, plume fleurie des Zebda.

Si ça passe par chez vous (et ça devrait, partis comme ils sont pour écumer l’hexagonale fille ainée de l’Église) laissez vous porter, ça fait du bien au monde.

.

.

tout l’honneur est pour moi

BDF.

Dans une lointaine bourgade au bord du Roussillon,

Se dresse une Grande Ourse de verre et de béton

Qui d’un grand camerlingue porte le frais nom

Là bouillonne un théâtre à l’avenir dédié.

Un beau jour, Martine, la patronne, me lança le défi

d’illustrer le programme de sa belle saison

Mon cœur qu’un tour ne fit

Et voilà le travail, sous vos yeux pour de bon.

.

.

BdF programma

.Couve…

BdF programma2

.

BdF programma3

Don Juan – Amère Mémoire de moi – Compagnie Pelmànec

BdF programma4

Un Mouton pour la Vie – Marabu Theater

BdF programma5

Lune Lotre – Mungo

BdF programma6

La Musique Sans Marteau – Quatuor Béla

BdF programma7

Cité – Le Clan des Songes

BdF programma8

Joglar !

BdF programma9

Couak ! – Glossophonie(S)

BdF programma10

les pitoyables aventures de Tom Pouce – Compagnie Renards Effet Mer

BdF programma11

Bagatelle – Agora Théâtre

BdF programma12

et dère de couve…

.

Et voilà, ravi suis, et ça ne m’empêche pas

de ne pas avoir acheté le midi libre

ni de ne pas me priver des délicieuses tielles de Sète.

…ni d’oreillettes.

.

Merci encore à Martine Combréas pour sa confiance, à Félicie Artaud pour sa patience et Anne Kellens pour son sapiens.

Si vous passez dans les heureux parages des Villeneuve lès Maguelone, voici le lien vers plus d’infos.

le poil de facebook

.

.

.

41 COJO for ever

.

…Sous ce jeu de mot douteux je cache à peine mon désarroi, en effet, je ne sera pas là pour aller revoir la bordelaise compagnie Ouvre le Chien au théâtre 140 (Bruxelles) donner leur formidable et tonitruant souk endiablé modestement intitulé  « …Plus tard, j’ai frémi au léger effet de reverbe sur « I feel like a group of one » (Suite Empire) »

si vous ne savez pas où donner de la tête les 5, 6 ou 7 février dans cette bonne vieille capitale de cette bonne vieille europe, je vous les conseille, et si vous n’aimez pas, je vous déshérite. Si vous avez aimé, alors ne ratez pas « Et puis j’ai demandé à Christian de jouer l’intro de Ziggy Stardust… » leur glorieux précédent opus.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 144 autres abonnés