Posts Tagged 'théâtre'

Billet N°11 des nouvelles de la compagnie Gare Centrale

J’ai bien l’honneur d’ici vous présenter le dernier billet de la compagnie Gare Centrale dont l’actualité resplendit sur nos latitudes comme le miel sur la peau de l’ours.

 

billet-mailchimp.

Pour le voir, un clic ici devrait faire l’affaire.

.

 .

Monsieur le maire, qui la regarde ta télé ?

.

.

.

.                                                                                                                                                   *logo VLM seguraland

 

.

.

 

.

.

.

.

*
Un petit maire endimanché, replet mais vif, rosé à souhait
réélu finger in the nose dans son luisant complet en dorade retournée
vit un beau soir et sans broncher son conseil municipal retirer tout subside ( la crise, vous comprenez )
au très rayonnant et non moins réputé théâtre sis sur sa cité… ( et réinjecter par ailleurs moult flouze dans la vidéosécurité )
fauchant en pleine saison
et toute impunité
une solide programmation
sans nul doute élitiste
comme ne peut que l’être un théatre sans décolleté,
ni poursuite sur un débiteur de vannes calibrées.
Depuis, néanmoins , à son revers en merlan frit
comme en pond tant l’amère Patrie
il aura j’en gage un pin’s « je suis Charlie ».

 

 

.

.

.

.

 

 

 

Moi, j’aime le music hall…

.

.…et je crois bien qu’j’aime bien le théâtre aussi…

Création collective

J’ai eu le plaisir et l’honneur d’illustrer, sur le thème de « la création » les huitièmes Carnets du Petit Cyrano, fruit de la CTEJ, noble et belge institution pour le théâtre Jeune Public, que le non moins noble, belge et ô combien monumental Maurice Sévenant ( s’il avait pu, Jules César l’aurait fissa embastillé ) considèra comme le véritable théâtre populaire, et il n’est sans doute pas le seul…

Merci à lui, et merci Cali.

TOCS Corde verte

le pdf se trouve ici

Mignonne allons voir si l’art ose… (l’empire des sens en goguette)

Les Arts Oseurs , vigoureuse compagnie de théâtre tout terrain, ont poussé sur les rouges rives du mystérieux Salagou et depuis peu on en cause partout.

Cet été j’avais suivi fébrilement leur Livret de Famille sur les austères hauteurs d’Aurillac et m’en réjouis encore alors quand on a su qu’ils jouaient leur tout premier spectacle Au Plaisir dans nos parages immédiats, fissa fîmes le saut de puce…

À l’issue du spectacle, c’est rituel, elles invitent au débat autour du sujet sensible, vaste et sinueux de la sexualité… Pour le coup ce soir-là, c’est de ces débats avec le  jeune public et de ses réactions au spectacle dont il fut question et ma foi, c’est bon d’entendre l’œil vif et bienveillant de ces fières baroudeuses nous causer du monde de demain.

.

CLERMONT L'eros

 

Clermont

.

.

Les Arts Oseurs entament bientôt une vaste tournée avec Livret de Famille, une franche adaptation de l’autobiographie de Magyd Cherfi, plume fleurie des Zebda.

Si ça passe par chez vous (et ça devrait, partis comme ils sont pour écumer l’hexagonale fille ainée de l’Église) laissez vous porter, ça fait du bien au monde.

.

.

tout l’honneur est pour moi

BDF.

Dans une lointaine bourgade au bord du Roussillon,

Se dresse une Grande Ourse de verre et de béton

Qui d’un grand camerlingue porte le frais nom

Là bouillonne un théâtre à l’avenir dédié.

Un beau jour, Martine, la patronne, me lança le défi

d’illustrer le programme de sa belle saison

Mon cœur qu’un tour ne fit

Et voilà le travail, sous vos yeux pour de bon.

.

.

BdF programma

.Couve…

BdF programma2

.

BdF programma3

Don Juan – Amère Mémoire de moi – Compagnie Pelmànec

BdF programma4

Un Mouton pour la Vie – Marabu Theater

BdF programma5

Lune Lotre – Mungo

BdF programma6

La Musique Sans Marteau – Quatuor Béla

BdF programma7

Cité – Le Clan des Songes

BdF programma8

Joglar !

BdF programma9

Couak ! – Glossophonie(S)

BdF programma10

les pitoyables aventures de Tom Pouce – Compagnie Renards Effet Mer

BdF programma11

Bagatelle – Agora Théâtre

BdF programma12

et dère de couve…

.

Et voilà, ravi suis, et ça ne m’empêche pas

de ne pas avoir acheté le midi libre

ni de ne pas me priver des délicieuses tielles de Sète.

…ni d’oreillettes.

.

Merci encore à Martine Combréas pour sa confiance, à Félicie Artaud pour sa patience et Anne Kellens pour son sapiens.

Si vous passez dans les heureux parages des Villeneuve lès Maguelone, voici le lien vers plus d’infos.

le poil de facebook

.

.

.

41 COJO for ever

.

…Sous ce jeu de mot douteux je cache à peine mon désarroi, en effet, je ne sera pas là pour aller revoir la bordelaise compagnie Ouvre le Chien au théâtre 140 (Bruxelles) donner leur formidable et tonitruant souk endiablé modestement intitulé  « …Plus tard, j’ai frémi au léger effet de reverbe sur « I feel like a group of one » (Suite Empire) »

si vous ne savez pas où donner de la tête les 5, 6 ou 7 février dans cette bonne vieille capitale de cette bonne vieille europe, je vous les conseille, et si vous n’aimez pas, je vous déshérite. Si vous avez aimé, alors ne ratez pas « Et puis j’ai demandé à Christian de jouer l’intro de Ziggy Stardust… » leur glorieux précédent opus.

Méprise de la Critique (ou les petits riens à Tintin)

L’autre jour, c’était l’automne et dans une arrière cour de Charleroi se tinrent (un peu) les Prix de La Critique

La presse francophone belge décernait ses lauriers au petit monde du théâtre, francophone lui aussi comme ça on reste entre nous.

le jury de biais.

.

Une sympathique fanfare,

Un maitre de cérémonie sans fiches plus habitué à causer dans le poste à galène qu’à tenir

un parterre principalement constitué des compagnies nominées à un prix ou à un autre.

Enfin, un jury, de travers, un peu gêné aux entournures ou désabusé, on ne sait.

Le chef d’orchestre de la fanfare et une lauréate émue.

.

Dans ces « molières » sans ministre ni caméras,

les belles ou vigoureuses, un rien frondeuses envolées de certains lauréats à la langue bien pendue finirent dans les cintres et

le pince fesse qui suivit avait de faux airs de collation d’après enterrement.

Joss de Pauw (tiens, un flamand ? Salué pour l’ensemble de sa carrière) écoute patiemment

les hommages égarés du grand prêtre de la soirée à une Belgique hélas révolue.

.

Mais le pompon fut atteint par le prix du meilleur spectacle qui fut en cette ténue soirée décerné à JoëlPommerat, pardon, à Cendrillon (de JoëlPommerat) et si je suis mille fois convaincu sans l’avoir encore vu que cette pièce est magnifique, formidable et « trop géniale » comme l’écrit en rêve une de nos grandes plumes nationales… il y a un « mais »…

Joël n’était pas là alors ce sont donc ses -chouettes- comédiennes qui ont lu le petit mail de remerciement que, prévoyant, il avait tapé au cas où.

Et, alors qu’elles semblaient disparaitre peu à peu derrière ce petit mot, une rage sourde commença de m’oindre les artilles :

le maitre de cérémonie jouant la montre (cassée)

.

Contrairement aux autres spectacles en lice, celui-ci a bénéficié d’un budget belge colossal (et fut par ailleurs coproduit par l’Odéon, pas celui de Namur, l’autre ce qui n’est pas rien mais c’est Pommerat)

 (et il fallait voir, les jours d’audition, tous les comédiens que compte la belge francophonie faisant file devant la boutique au coco.

voilà.

Le jury de la presse culturelle belge a récompensé un français (largement déjà encensé de par le vaste monde)

N’est-ce pas espérer qu’un peu de la (largement déjà) gloire de l’encensé retombe sur un les émetteurs d’un choix si avisé ?

Ou comment un prix honore plus ceux qui le décernent que celui qui le reçoit.

C’était peut être pas les « molières », mais y avait du de la Fontaine là dedans.

où le jury, sans sang chaud pencha… pour Pommerat

.
.
.

article à propos de Cendrillon

o flux avé, spes unica

En Belgique,  notre Éternelle  Ministre de la Culture Francophone a récemment eu une idée du tonnerre :

Encourager la production d’émissions de flux télévisé local en Belgique du Sud° sur base d’un amer constat : les téléspectateurs francophones s’abreuvent aux sources privées (BelRTL) ou pire, à l’outre Quièvrain!

Mais peut être préciserai-je ce qu’est du flux?
Ce sont des émissions de jeu, de causeries, ou encore de télé réalité. Elles sont généralement à diffusion unique, autrement dit parfaitement jetables sans l’once d’un scrupule et nul ne songerai à s’en plaindre.Local signifiant que ce flux ne verse surtout pas dans le vaste monde, impropre à la consommation.

Mais comme dirait un trader chinois, pour  jeter un truc, il faut d’abord le fabriquer…

Du flux francophone, publiquement subventionné, attirera -du point de vue du Cabinet- comme des mouches les annonceurs belges (qui sont -cocorico- parmi les plus audacieux au monde : voyez plutôt)
làs! Clairvoyant, notre ministère constate que même après la mise en œuvre de son idoine ribambelle de mesures, seules une où deux émissions verront effectivement le jour, parce qu’il n’y a de tout façon pas assez de flouze dans les caisses pour amorcer la pompe à flux ou vice versa.

Et ça là que j’ai peut être une idée : confisquons aux documentaristes et autres cinéastes déjà bien assez subsidiés leurs cameras et chaque soir sur scène filmons une poignée de chômeuses et chômeurs s’entretuant avec toute la créativité dont ils sont capables, puis mettons le feu aux planches (au rythme d’une salle par soirée, bientôt Bruxelles, allégée de son fardeau théâtral respirera pleinement). Ça plairait aux annonceurs, ça aidera la ministre à rentrer dans ses frais et nous dans nos pantoufles..
.

.

.no flux, no flouze

*

*En attendant les ministériels vœux 2013 suivez ce lien si vous ne remettez pas cet ours pourtant très haut placé..

.

.
On pourrait aussi maintenant qu’j’y pense privatiser les pompiers : ça créerait un peu de croissance et si on les délocaliserait, ça ferait plus de suspense et c’est bon pour la pub ça!

.

PS : En ce qui concerne l’Eurovision, faudra quand même un Bruxellois au moins une année sur deux sinon ça ira pas du tout…

°appellation pressentie au concert des nations


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 124 autres abonnés