Posts Tagged 'transports en commun'

Au Tram, et caetera

.

.

.

.

.

.

.

Sous les âpres vibrations du Tram

grince l’homme,

intranquille objet de sa mâle inquiétude.

La femme, elle, préfèrera

tant que faire se peut laisser couler 

avec la grâce imbue de son étrangeté même

et tant pis si j’ me leurre

Ça me berce.

Quant au marmot,

l’insouciant petit monstre,

vers l’avenir 

ne voit venir de la dernière heure  les spores.

.

.

.

.
.
.

.

Publicités

Fast and Selfious

.

.

 

.

.

Du mac à l’iphone et de l’iphone au mac,
miss Très Geek Vedette 2018 n’a de tout l’trajet
pour ses voisins, les paysages enneigés ou leurs santons motorisés
pas eu l’ombre d’un regard.
depuis, je me sens vaguement pixélisé.

.

.

 

.
.

 

.

 

 

.

 

 

 

Sous le néon, bronze qui peut.

.

.

.

 

.

.

.

.

.

.

.

Pendant qu’on pousse le tram de nos impôts salés
d’autres s’envoient cocktails et leur peau sucrée
par les bons dividendes exhale une plénitude dont on doit s’inspirer
Pendant qu’on pousse le tram de nos impôts salés

En faire trop avec si peu

 

 

 

Tant de kilomètres égrainés sans même l’ombre d’un regard,
Mais où sont passées (ma bonne dame) les calèches d’antan ?

Transport en commun

.

.
pioncette à 300 km/h

.

.

Au cœur d’un éclair bleu, dans le paysage.

.

.

 

Nec omnibus impar

.

Et
On dit qu’il fait bon vivre dans les pays chauds
Or quand le froid s’y frotte croyez-moi il pique.
Loué pourtant soit-il, repoussant l’albopicte
Dont las à l’horizon déjà la trompe rebique.

Tricotons même un peu tard
une moustiquaire à l’isoloir
et de ton front aquilin
ôtes-donc ce pli vilain

Ensemble prônons le bus gratuit, si tu veux…

.

.

.

.

.

.

fin de cambrousse

 

 

.

.

.

 

 

Tiens, on dirait bien que la campagne est finie

et qu’on entre dans la zone :

l’hologramme de la Finance à le bouchon qui pousse,

la fille prodige flatte le terrain, attise les p(roject)eurs

et se tient les côtes en coulisses du grand défilé bisounours

où les perdants du premier tour sont priés

à grands cris d’orfraies

d’enjoindre leurs électeurs à changer de quai

suite à un incident d’isoloir de longue date envisagé.

Toi, de voix tu n’en as plus guère et tu aimerais bien

prendre un peu le temps.

(une pensée ici pour tous ceux qui ont voté utile dès le premier tour, faire barrage deux fois… quelle santé !)

 

Vive l’Arrêt Public, vive l’Affrance.

.

.

trolle* de tram

 

 

bpaxlnumeriser-31

 

 

.
bxlnumeriser-37

 

.bxlnumeriser-36

 

 

 

 

.

 

 

*troller : si si, c’est français (mais vieux) du latin tragulare, « suivre à la trace »  \tʁo.le\ intransitif ou transitif 1er groupe (conjugaison)

(Chasse) Quêter au hasard dans une enceinte où l’on n’a pas fait détourner la bête.

J’aime assez Lyon

… Ses quais, ses gares, sa niaque et ses bons petits plats trapus… oké, la Gaule moderne.
Mais Vennissieux, pardon, ça c’est une autre ritournelle, question paysages déjà : fabriques à nuages et torchères plus vraies que nature (mazette !) le charme fou du Seveso 3, et leur théâtre (matin !) : une perle rare dans un subtil écrin. Et si la chance vous y dépose vers midi, allez donc casser la graine au Café des Arts où en tant que bobo (éprouvette) je m’suis peut être senti un peu seul mais tellement entouré d’humanité bien nourrie aux vraies bonnes choses maison, dont le meilleur hachis Parmentier de l’hémisphère Nord qui passait en plat du jour, l’air de rien.

Le cimetière aussi est joli, et comme il surplombe, on est un peu au ciel.
.
.
un-ange-passe

 

Une jolie Lyonnaise dans son métro.

.

à Sète j’ai pris le deux

entre Centre Malraux et passage du Dauphin et retour(s)


we-are-the-passagers-bus-7-1
we-are-the-passagers-bus-7-7cc

we-are-the-passagers-bus-7-6

we-are-the-passagers-bus-7-5

we-are-the-passagers-bus-7-4

we-are-the-passagers-bus-7-3

we-are-the-passagers-bus-7-2

we-are-the-passagers-bus-7-8

we-are-the-passagers-bus-7-9

we-are-the-passagers-bus-7-10

 

On dira ce qu’on voudra de l’âpreté de cette île tordue entre mistral et tramontane,
y a pas que les anciens qui lancent un franc « merci, au revoir » au chauffeur en quittant le bus et ça, ça réchauffe.
Guère étonnant que d’aucun soit enterré sur le trajet.

banal bouchon

.

.

.

Parfumade

.

Dans l’embouteillage qui me rend à Sète

tout pue tant et la radio grazouille sec

qui dit que Trump l’est, mais moins qu’Alep.

 

Mon île, de tout ça certes est bien loin,

mais est-ce que je pousserai le bouchon

en humant le Pétrole derrière tout ça ?

.

.

.

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 53 autres abonnés

Publicités