Posts Tagged 'transports en commun'

Fin de saison

.

(Un simple clic sur l’une des images déploiera un avenant diaporama)




.

.

et puis Ciao Andrew Fletcher, qui m’a bercé de l’illusion qu’on pouvait faire vibrer les nations à la force d’un doigt, comme quoi tout compte, et pas qu’un peu.

(l’intervista après ce superbe playback est d’une rare fraicheur)

.

Magie d’Épinal

.

.

.
.

Pour moi qui suis assez banal
La carbonnade était un plat 
venu de Destrooper, 
ou pas. 
Mais si remontant la Moselle,
tu croises le Loup en Pyjama
fonce à l'étage et commande ça 
Tu m'en donneras des nouvelles.

.

.

.

Rebelotte au skate park

.

.


Le hic étant qu'en nos blondes contrées l'élan vénal repousse l’avenir
aux antipodes du centre-ville où l’immobilier fait rage et son lit,
nous imposant d’aller en caisse faire faire au gosse ses tours d'engin.
Mais qui aujourd'hui encore s’étonne qu’une couche d'oseille tue celle d'ozone ?

.

Aire sur l’A10

.

L’aire de Dœuil sur le Mignon
ne s’invente pas mais en passant t’invite à reposer tes pneus, hors du débit, dans le printemps, si tu peux.

Aurillac au saut du lit.

.

.

Courbe monte l’avenue et ses vergers en contrebas des voies ferrées vers…
.
La gare qui depuis belle lurette et un ministre prometteur (qui lui depuis a fait du chemin)
voit passer plus de bus péteurs que d’électriques petits trains.

.

.

le roi est mort, vive la mer•

.





Merci Arno. 
À ta santé !
Embrasse le petit Jésus
et sa maman pour nous.

.

Constance du Scrabble

.

.

En ce jour opportun célébrant le jeu millénaire des carreleurs d’esprit,

Je pense à ma Grand Mère qui m’en a tout appris,

À France, sa fille, tante rompue aux Grands Chelems de notre (pauvre) Ère,

À certaine bergère qui en a plein son fridge et qui m’a déplumé lors de bien des parties,

À celle qui m’a vu naitre et qui au quotidien joute avec l’infini

Et qu’en bon fils indigne j’ose appeler ma mère

À ma fille qui, pressens-je, sans merci bien fissa m’enverra paître poussière,

À la langue enfin par qui l’on peut tant dire que j’en reste interdit.



.

.

Bonne année bon vieux Scrabble !

M

.

.

Mante Agile, Terrible et Hantée Inonde et Lumine devant l’Eternel.
L‘unique Exemplaire est Féconde, Et nous, Vilaines et nains, Réjouissons nous d‘Être itou.

Et youpi là et tirelirou !


.

.

Quai des moulins (2)

.

.

.

Plus besoin de filer en Floride pour en percevoir l’arrière-train
dans les reflets d’étain des rides une eau moisie ne va ni vient
des barques offertes aux salmonelles ondulent au parfum du super
flot cafit d’huiles essentielles loin des rosettes à bétonnières.

.

.

(refrain) :

.

c’était zoli,
c’était beau,
c’est tout pourri,
c’est ballot.

.

Et je remets ici la pétition contre l’éblouissant projet de parking souterrain au centre de Sète (france) qui certes engraisserait bien quelques uns qui croient encore au tout-en- bagnole mais dépouillerait bien plus les sétoises et tois de ce riant petit bout du monde.


la pétition

.

.

.

merci Odile, merci Cousin

Poison d’avril ?

.

.

.

Chères ruines (obsolète it be)

.

.

.

Là j’ai grandi,
parmi ces ruines, gâté pourri
à porter seaux, pousser brouettes (ayi ayo)
casser cailloux, tirer canettes (ayi ayi, ayo)
À l’ombre ou du haut de ces murs millenaires poussent les âmes, aussi le lierre.

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 140 autres abonnés