Posts Tagged 'un cœur simple'

J’aime assez Lyon

… Ses quais, ses gares, sa niaque et ses bons petits plats trapus… oké, la Gaule moderne.
Mais Vennissieux, pardon, ça c’est une autre ritournelle, question paysages déjà : fabriques à nuages et torchères plus vraies que nature (mazette !) le charme fou du Seveso 3, et leur théâtre (matin !) : une perle rare dans un subtil écrin. Et si la chance vous y dépose vers midi, allez donc casser la graine au Café des Arts où en tant que bobo (éprouvette) je m’suis peut être senti un peu seul mais tellement entouré d’humanité bien nourrie aux vraies bonnes choses maison, dont le meilleur hachis Parmentier de l’hémisphère Nord qui passait en plat du jour, l’air de rien.

Le cimetière aussi est joli, et comme il surplombe, on est un peu au ciel.
.
.
un-ange-passe

 

Une jolie Lyonnaise dans son métro.

.

Publicités

premier Janvier 2015

… Place des Vosges, au jour de l’an,
il faisait beau, légers les gens
c’était il y a bien longtemps…

 

 

Numériser 71

 

 

Numériser 69

 

 

Numériser 70

 

 

Numériser 72

 

 

 

vesperales cylindrées

.

.

à Caluire

.

.

Ces carrosses de Caluire fondent pétaradant

sur le bled à traboules où s’attend la ficelle.

Ils sont preux ces bolides aux pots dardés riants

aux arides esgourdes des guignols bienséants.

Survolant les bouchons de leurs chromes qui blinquent

ils remontent ondulant à l’ombre des grands crus

et parfument la vallée de pets ascensionnels

tandis qu’en bas Rhône Poulenc.

.

Ce lapin…

.

.

COUV ce lapin qui s'impose

.

.

Ce lapin qui s’impose

là, au bout du monde

fait passer les nuages

danser les petites vagues

et bien rire les mouettes.

.

.

Adieu sirène

.

.

.

845 la belle poissonière

.

Ô beauté poissonnière,

je ne draguerai plus sous tes fraiches pommettes,

le ressac a frappé, et dès lors, ailleurs

me fournir en arrêtes

j’irai.

le filet à provisions tendu vers l’horizon

trainant, ô ma douce écaillère,

comme un iceberg ce point d’interrogation

dont les glaces ont saisi mes blagues sibyllines

oui,

tu m’as d’un coup sec pilé dans la farine :

 

tu étais aujourd’hui d’une humeur évasive
et sourde à la farce de mes yeux merlan frit
tout ça parce qu’un vague congre à peine encagoulé
quelques minutes plus tôt avec la caisse s’envolait?

.

Pâques au tison, éléctions

.

La presse est en France en bien mauvais état,

J’en veux pour preuve ce Master of Ceremony* de la tranche matinale de FranceInter, formaté pour aller loin et qui,introduit la séquence météo d’un « il fera moche partout »

Alors qu’à peine en avril, la France est quasi morte de soif,

Alors qu’on les a attendues ces giboulées

Alors que les variations qu’il le temps) se décarcasse à faire sera toujours plus subtile et inédite

(grâce en soit aussi rendue au réchauffement climatique)

et jamais n’a eu ni n’aura la navrante bipolarité confortable qui assoit l’animateur dans ses matinales certitudes.

Et avec la même pertinence aquise au nivellement par le mou, il défendra subversivement l’ordre établi.

*Nicolas Demorant, Pascal Paoli, Patrick Cohen.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 130 autres abonnés