Posts Tagged 'vacances j’oublie tout'

Amères coques…

.

.

.

Coquillages et crustacés vont pouvoir se remballer
l’été ne devrait à peu de chose près plus trop trainer
après tant d’maréchaussée…

numeriser-328-playa-5

 

 

numeriser-327-playa

 

 

numeriser-326-vamosnumeriser-325-playa

numeriser-324-playa-3 numeriser-323-playa-2

 

 

numeriser-322-a-la-playa

 

 

numeriser-329-playa-forever

 

 

 
 

 

 

Sacré Carolus Magnus (blackpage vs blackboard)

.

.

Zappa dérivé

projet de produit dérivé

.

.

C’est bientôt les vacances, ou presque, la cloche d’un moment à l’autre va tintinnabuler et de toutes parts, de charmantes têtes blondes se rueront, cartable au dos vers les neiges carboniques, les crèches plastifiées, des moutons clignotant et les souliers par milliers tandis que la télé, notre bonne mère, déploiera la farandole des héritiers de Dorothée…
C’est vraiment pas le moment de diffuser ce que Franck Zappa disait de l’école (en amerlocain, le fourbe) et pourtant, je n’y résiste pas.

. le lien

.

…Il n’avait pas le bouc fleuri ni la langue fourchue dans sa poche le père Zappa mais il s’agit bien entendu de l’école étazunienne, évidemment aux antipodes de ce que l’on a ici, du bon vieux côté de l’océan.
Et il se trouve que FiP rend hommage au bonhomme ce dimanche 22 décembre, ce qui met la première messe de minuit le 22 à 21 heure cette année, mais où ai-je mis ma raquette ?

.

.

Zappa ?

et puis une reprise d’un chant de noël parceque c’est la saison et que s’il ne respectait rien, il savait y faire.

.

.

.

.

.

.merci D pour l’info

l’embouteillé

.

.

.

980 petit porteur

.

.

Même avec soi même

jamais seul on n’est

et si bouchon il y a

vaut mieux la boucler

.

.

 

 

 

 

 

 

Hobbit soit qui mal y pionce (tranche de vie en côte d’Armor)

.

.

.

.

734.A

.

.

Près de trois heures passées

Dans les sièges en vrai skaï frais

De l’honorable Armor Ciné  ,

Et le lendemain, plus rien

De souvenir nada

Hormis, à droite de l’écran,

L’ombre d’un beau sapin.

.

.

rebel (Lot)

.

.

.

.

.

.

Veillant sur ma casserolle

comme Raboliot sur ses collets

je me sentais pousser

des plumes – c’était mon duvet

des ailes – c’était les moustiques

de l’âme – c’était le vide…

.

..

des vacances, enfin!

 .

.

.
(depuis, il doit y avoir une fuite : sous les ponts de l’eau a coulé)
.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 124 autres abonnés