Posts Tagged 'poéme sot'

Aux Goélands

.

 
 
 
J'aimerai saluer les goélands qui sont oiseaux épatants :

D'abord car sous leurs airs farouches, 
Sans rouler nulle mécanique 
ni mouliner moindre tue-mouche
pas une heure, qu'elle claque ou clique 
sans qu'ensemble ils ne rigolent.

L'œil aquilin, l'aile sûre, ils pleurent hilares le bec au vent. 
Depuis quelques millénaires, ptérodactyles avé l'accent !

Mais surtout, quand par chez eux un petit prend son élan 
pour en l'air le tout risquer à ses premiers battements, 
Portant l’élève Livingston tout le clan se fait école, 
enceignant au plus serré ses premières heures de vol. 

Et puis, j’en ai jamais vu un qui scrolle.


.

.

.

Haut laurier noble garni

.
Sous le manège oripilé des martinets
c’est mai

Les tourterelles turquent,
palombent les ramiers,
s’affaire l’étourneau.
Marmots plein la canopée.

Quantité d'insectes
Aussi, salés plus ou moins
Qu’allègrement becquettent
Nos zélés voisins.

Les goélands au coin vitupèrent et raillent
Une pie passe, repasse et trisse
baille le chat, on peut toujours rêver.
La vie est belle et pour durer
Au pied du généreux laurier.

.

Fin de saison

.

(Un simple clic sur l’une des images déploiera un avenant diaporama)




.

.

et puis Ciao Andrew Fletcher, qui m’a bercé de l’illusion qu’on pouvait faire vibrer les nations à la force d’un doigt, comme quoi tout compte, et pas qu’un peu.

(l’intervista après ce superbe playback est d’une rare fraicheur)

.

Tout retourné

le voisin baille 
volets mi-clos
la télé fait sa météo

.

Aire sur l’A10

.

L’aire de Dœuil sur le Mignon
ne s’invente pas mais en passant t’invite à reposer tes pneus, hors du débit, dans le printemps, si tu peux.

Aurillac au saut du lit.

.

.

Courbe monte l’avenue et ses vergers en contrebas des voies ferrées vers…
.
La gare qui depuis belle lurette et un ministre prometteur (qui lui depuis a fait du chemin)
voit passer plus de bus péteurs que d’électriques petits trains.

.

.

Lesconil ?

.


.
La lune est calme et mince et floue 
j'entends des voix par en dessous, 
de glous murmures, suis-je tant fou ?
Le granit un peu tangue,                                                    
au fond ça gronde. 
Suis un cheveu
sur une langue du bout du monde. 

.

.

.

Quai des moulins (2)

.

.

.

Plus besoin de filer en Floride pour en percevoir l’arrière-train
dans les reflets d’étain des rides une eau moisie ne va ni vient
des barques offertes aux salmonelles ondulent au parfum du super
flot cafit d’huiles essentielles loin des rosettes à bétonnières.

.

.

(refrain) :

.

c’était zoli,
c’était beau,
c’est tout pourri,
c’est ballot.

.

Et je remets ici la pétition contre l’éblouissant projet de parking souterrain au centre de Sète (france) qui certes engraisserait bien quelques uns qui croient encore au tout-en- bagnole mais dépouillerait bien plus les sétoises et tois de ce riant petit bout du monde.


la pétition

.

.

.

merci Odile, merci Cousin

Zanzibar (hissez haut)

.

.


.
(Proute ! pouête ! tsoin tsoin !)

Du monde sans hésiter 
c’est l’phare des bénitiers, l’ultra super gargotte,
l'intégrale cabarette,
El nanan des boui-bouis, bref
l’or en bar de Sète.

J’en dis pas plus et me tais,
des fois qu’on me lirait
et que dans la foulée
on y puisse plus entrer.

Si tu veux fuir l’Histoire,
file donc au Zanzibar.

.

.

Un trou dans la raquette

.

.

.

Le pancho par grand vent

C’est aussi tapageur

Que peu dissuasif

Somme toute et finalement

c’est assez décevant.

.

.

Santé bonheur !

.

.

.

.

Ah !
triste époque !
Cesser ainsi d’un coup
ce pass alors qu’j’avais pris gout
à brandir tout flambard mes fafiots sanitaires,
laminés en A4 à d’accortes scannères,
à d’intègres bougnats,
pour avoir accès, ô singulière joie
à des restos deserts
et tout rien que pour moi ?
triste époque !
Ah !

.

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 138 autres abonnés