Posts Tagged 'poéme sot'

Corniché


Hier nous échappe,
Aujourd’hui pue des pieds
mais
l’amer est trop salé et demain trop occupé
alors
ricochons, ricochons
loin des pompeux cornichons !

.

.

.

.

Et toutes mes excuses à celles et ceux qui reçurent ce message deux fois, un bug de l’an 2000, désespéré de ne jamais sévir est ce matin passé par là.

In excelsis déo.

.

.

Les anges transpirent l’encens par leurs ailes diffusé.
Ainsi si bon ça sent de Rome jusqu’à Camaret.


.

.

À quoi ça teint ?

.

L’été vint et
nous hâla.
Il s’en fut,
nous
pâlîmes

.

.

Quel poisson fais-je ?

.

Ah, si tu pouvais nager,
Comme un alevin, comme seuls nagent les alevins,
Et même si rien, rien ne nous retiendra,
On pourrait s’les faire, pour toujours et à jamais,
Ou… on pourrait être hérons, juste une journée.

.

.

( Merci Philippe ;- )

ou… pour en finir avec Bowie (drôle d’idée)

Ohé l’horizon, c’t’encore moi

.


C’est moi qui zoume ou
C’est moi qui cadre ou
C’est moi qui tilte ou
pas.


Enfants du Soleil

À Fort-Mardijck le zoo jouxte un cimetière
où n’est plus rien requis de sanitaire.
Ayant omis mon passe, j’y ai tué le temps
à croquer les in pace de quelques bonnes gens.
Tandis qu’au port voisin tintinnabulent les fioles,
dans ces regards lointains je crois bien qu’on rigole.

Self hipster crevette hâlée

.

.

Par l’été encore ébloui
un peu par vous aussi
(mais si, mais si)
en bon nanti
je n’ai pas que maigri
et sous ma peau assujettie
le bon dos d’un beau QR
d’argent luit
bien allocataire
et qui, oui qui
c’est qui dit
 » merci « 
?

.


Cousinade

.

.

La vache a son affaire n’a ni demain ni hier elle est, point.
Je sens sous mes faux airs et mes bonnes manières un éloigné cousin.

.

.

l’Os

.

Sous l’œil froid de ses pairs

l’apprenti goëland

du partage fait l’impasse et

rien non (rien de rien) ne lui manque

du Juvénile West Kayne

de la vieille Kardachian.

Sous cet angle

.

.

Sous ces balcons à la rouille,
derrière ces trumeaux de sel rongés
on s’est un jour au gaz aimé
avant de tout avoir en douille,
on s’est serré auprès du poêle
avant d’être chauffé au central.
Sous l’émotif carreau ciment,
à travers les tomettes qui en
ont vu de belles et gratinées,
passe le temps dur des années

et le wifi
et la cinq g.

Qui ?

.

.

En chiens de fayence, le volatile et moi observons le silence. L’appeler Vendredi ?

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 113 autres abonnés