Et surtout la santé hein !

.

.

.

.

.

Neuchâtel forever

.

Au Muséum d’Histoire Naturelle du fier chef lieu de canton du même nom, c’est bonheur délicat et régal à tous les étages.

Jamais assez on ne l’dira, l’hélvète est un collectionneur de choix.

.

.

Et c’est pas pour frimer mais le musée ethnographique sis un peu plus haut (prévoir vues royales sur le lac) vaut lui aussi furieusement plus d’un détour.

.

.

Au Lac, un cormoran,

.

.

Sombre Artaban sur sa poterne toise le lac encore nimbé d’automne, repu et content. Est-il du Jura depuis des générations ou vient-il des franches côtes vidées par les mousquetaires de la distribution ? Je n’en sais j’avoue rien. Quant à lui qui se dore au point du jour, il ignore, l’arrogant, qu’à ses heures perdues le chasseur à l’affut peut désormais d’un doigt de pécari ganté lui trouer l’œsophage pour preserver m’a t’on dit la perche fluviatile , la carpe commune et l’omble de fontaine. Toute cette vie lacustre qui luit en nos assiettes et réhausse nos bonnes fêtes dont nous sommes les bons rois.

.

.

.

L’anecdote vaut ce qu’elle vaut et en ferez ce que voulez, mais désirant remplir au lac mon pinceau à reserve, je desescaladai d’exemplaire façon la digue quand sur une invisible mousse glissai et d’un plouf fugace l’eau douce et frisquette empli mes chaussettes.

Sous chaque pas, l’ombre du rire du cormoran. 

.

.

Noël toute l’année.

.

.

Sur une aire, entre Bethléem et Rome environ, peut être en Bretagne, peut être en Avignon.

.

.

.

Éveil musical (à coulisse)

.

.

.

Un beau mercredi, vers onze heures, après une nuit sans doute écourtée des deux bouts, ni les claves ni les tambourins ni même le piano ce jour-là ne parvinrent à ce qu’il restait du marmot…

.

.

.

.

… finalement, l’oreille farcie il s’assoupit, le monde est une berceuse aussi.

.

.

.

La reine du pounti est au paradis.

.

.

Un jour tout cesse et on laisse en bas les souvenirs.

Elle aurait voulu faire l’École des Chartes mais en ce temps là on ne choisissait guère et elle intégra la charcuterie familiale.

Si elle n’a pas fait carrière dans les vieilles pierres, elle aura été (et pas seulement pour ma pomme) un précieux témoin de la France d »avant » et surtout l’alerte cerbère, l’intègre monument d’une franche gastronomie, l’arverne incarnation de Ginette Mathiot.

Tutoyant l’écrevisse sur le chemin de la casserole, connaissant le prénom de tous les salers, cantal autant que Conté ou Mimolette, portant l’improbable pounti aux sommets fleuris et son aligot, par Toutatis! son aligot… À moins que ce ne fut de la Truffade…

… Janine, ne m’en voulez pas, moi qui distingue à peine une gaufre de Liège d’un Kougnaman, mes papilles resonnent encore de vos bienfaits… Repose en paix.

.

.

.

Dimanche Cantal

.

.

La conteuse déroulait son fil un peu maigrelet, mais son héros tenait bon, accroché aux petites oreilles de la (très) jeune assistance qui n’en perdait pas une miette parcequ’ils sont comme ça les marmots du Cantal, confiants, curieux, bienveillants.

N’empêche, elle aurait pu faire un effort.

Au charmant muséum des volcans d’Aurillac, on cause cailloux, cratères et la vue est riche sur la vallée de la Jordane.

.

.

.

.

Y a pas l’feu au train.

.

Entre Lausanne et Valence
Entre Lausanne et Valence

Un instant, Miss Monde en voyage d’affaire lâcha son iphone de guerre lasse et glissa dans un coton sommeil.

.
Elle alla y cueillir des petits pains aux myrtilles pour sa grand mère et tout y sentait si bon la noix à la vanille.

.
Le reveil en seconde eut l’amer goût de poil gras de siège, advint alors Grenoble et dans une moue, elle disparit.

.

.

.

.

.

C’est dans l’ère (imposture métaphysique en double file)

.

.

.

.

.

Blindé, nanti, j’erre ma tonne dans la ville indolente et in fine, ma ronde conclue, je supute comme coule une bielle que le monde s’en fout.


.

.

.

bien à l'abri

.

.

il pleut c'est merveilleux

;

.

J’attendais sans idée précise
bien à l’abri derrière mon pare brise
que cessa la pluie.
Quand soudain est tombée la bise
et qu’au soleil le monde improvise…
alors j’ai séché.

.

.

.

.

au wallon nid

.

.

.

Au wallon nid finir l’été,
la nuit tombée, torchères
fantômes à jaunes gilets,
Le jour venu, longer la côte
de l’ascenseur à bateaux.
La croissance a ses cahots…
Compter là-dessus, boire un verre d’eau
savoir pourquoi, faire comme l’oiseau.

.

.

.


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 82 autres abonnés