joies simples (en train)

.

.

.

.

.

La rame à peine s’ébranlait que déjà se déployait dans le carré central une un poil épaisse revue de presse :
Ces dames causaient de la chute annoncée de telle étoile de pot de chambre qui l’avait bien cherché, ces messieurs nouvelles hybrides (en gros)
C’est ainsi que les nouvelles vont vite… (nulle part)

.

.

On the bord again

.

.

.

.

.

Il ne faut pas confondre
la fonte des neiges et
celle des radiateurs de feu ma grand mère,
(reine incontestée du potjevleesch*)
ni la dégelée des pôles
d’avec celle plus incertaine
des affreux extrêmes.

*viande en gelée flamande (mot compte triple)

Nevermind…

.

Subversion en marche


.

Tutti futti l’campi de Charybde en Scylla. Et si punks are not dead moi je suis Claude François.

Attention au départ

.

Il en faut du sang froid pour qualifier d’accident de voyageur un suicide sur la voie.
.

.

.

.

Est-ce froide vengeance pour la gène occasionnée ?
Haine recuite envers les perdants trouble fête ?
Cécité plate d’un monde pour ses désespérés ?
Effréné souci du confort moral passager ?


Sans fleur ni couronne, mort inouïe.

.

.

De dos (trois)

.

.

.

.


Vaillants ados qui endurez ce que ce monde a concocté
Merci d’être bon an mal an encore ouverts et habités

.

.

.

Cantal à la coupe pleine

.

.

.

.

Trop d’eau en mai sur le moral du pékin tape
mais à la moindre éclaircie il saura
sous sa peau rosie par les frimas
sentir ses os blanchir dans une petite flaque de gras.

`

.

.

Changer de chaîne

.

.

.

.


Une bonne semaine

sans radio ni

infos en daube

servies.

À tes fontaines

j’ai bu, j’ai ri

Bruxelles sel de

ma vie.

Changer de chaîne

voir du pays

revenir à l’aube

verni.

Seul sur ma plaine  

je suis ici  

plus un microbe  

merci.

.

.


De dos (2)

.

.

.

Doudounes de dos loin des dondaines
d’un monde fada la p’tite semaine.

.

.

.


Depuis

Vaccinodrômie

Depuis mon pfyser
je me réveille à l’heure,
j’applaudis les gouvernons,
achète mon pain sur amazon.

Même si sur le chemin des douaniers on
peut encore me gratter du nez le fond.

.

Mais, quand ils auront retrouvé l’europE et son harmonie phynantrope
quelque chose me dit, frère migrant
que tu vas sur ce nouveau pass
salement te peter les dents.

.

.

Beau merle interdit

.

.

.

beau merle interdit
surplombant la mélée des manants, des nantis, passant leur printemps gémissant car la pluie leur tombe dessus tout autant, vive la pluie !

Quand rien ne va plus, tout va

Et ma tête est bleue comme à Botrange

Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 108 autres abonnés