Ainsi l’implacable destin faisait son petit bonhomme de chemin.

.

.

 

 

.

Et de passer en plein été
par le toujours riant Lot qui,
sans ses garages moussus ne serait
pas tout à fait c’qu’il a été.

.

.

 

Publicités

Jeux de mains

 

 

L’autre soir de passage à Paris, j’ai eu droit à
une petite révélation en forme de franc qui tombe
faisant dans ma comprenette un cristallin bruit lumineux :

« Ah le bête plaisir que d’entendre sous ses yeux des gens jouer et chanter- me dis-je donc-
à même le sol, à même le nous, loin des estrades à fumigènes, grosses caisses et gros soux, itou loin de l’ordi,
et faire de la musique (fichtrement bien d’ailleurs) et nous rendre
par la sincère (mais fausse) simplicité de leur art
simples (nous), beaux (elles surtout), et plus humains qu’en arrivant (moi en tout cas) ».

Pour cette petite perle de soirée et la ci-devant révélation, muchas gracias aux Cuckoo Sisters
(et à ce vieux grigou de Ratel)

.

.


.

.

.

.

.

 


.

.

En plus, comme c’était rue Bonaparte (rien qu’ça), ce fut un grand moment : j’n’avais jamais zgribouillé aussi près de les Beaux Arts de Paris et de la Cadémie… Que d’émotions !
encore merci Cuckoo Sisters (and brother Owl)!!!

 

 

Et là : l’os

 

 

.

.

.

.

 Pour l’ostéo, pas l’ombre d’un doute :

Je penche donc je suis.

.

.

.

.

 

Billet n°12 (des nouvelles de la Compagnie Gare Centrale)

J’ai bien l’honneur et le plaisir d’en toute modestie vous présenter
(avec quelques jours de retard sur la pimpante actualité de ce joli monde)
le billet douzième du nom :

 » Du ruissèlement comme frein à la radicalisation climatique ? « 

 

Et si vous n’avez pas pu cliquer au dessus, vous pouvez encore le faire ici.

 

Et je me permets de vous rappeler que les choses ne faisant rien au hasard, l’expo « Sans Crier Gare » à laquelle j’ai l’insigne privilège de participer se tient toujours à Charleville Mézières, dans l’ombre chaude du festival mondial de la marionnette (je gage d’ailleurs qu’il est unique au moins dans la Voie Lactée) et ce jusqu’au 24 septembre, à la vitrine des Ardennes. Yauque, nem !

vacances j’oublie tout

 

 

Demain était un autre jour mais il est déjà minuit.
Ce qui en plongerai plus d’un dans un gouffre abyssal
Quant à moi m’a trouvé sous le sabot d’un cheval
l’ombre d’une solution qui pour l’heure me suffit :

Au lit.

 

tuer le temps…

… n’amasse pas mousse

Place Ducale…

 

.

.

.

.

Charles et la finance

.

.

.

Des gaufres font face aux glaces,
de petits chevaux de bois tournicotent et
dans la fontaine, une mouche étonnée barbote une première et dernière fois
Placide, un manège d’autos tourne carrément
autour, des terrasses où l’on boit chaud et le froid
des pavés chinois cavale sous les pneus,
des passages cloutés, quatres rues
douze angles au moins droits
dont un occupé au Nord,
sous ses arcades centenaires quatre fois
par la Vitrine des Ardennes où -sans crier gare-
la compagnie Gare Centrale (d’Agnès Limbos)
expose un siècle d’or du théâtre d’objet.
(1984-2017 quand même si ce n’est qu’un début)

Vous y verrez des choses devenues sérieuses
des trucs ayant pris le chemin inverse
vous y croiserez des acteurs muets,
des décors loquaces,
des costumes hantés,
toutes bribes envoutées de bien des spectacles
et demandez-vous pour voir si c’est pas eux qui te regardent.

Bref Agnès Limbos expose son monde et un peu d’Alice Piemme, Mélanie Rutten, Myriam Hornard, Alain Baczynsky, Daniel Daniel, Guillaume Istace et de votre humble serviteur car vla ti pas qu’j’ai bien l’honneur et le plaisir de faire avec quelques une de mes humbles images partie de cette généreuse expo qui se tient donc à Charlev¡lle Mez¡ères de début juillet à fin septembre, et même si on ne peut plus jurer de rien, il y fera peut être frais quand ailleurs on cuira et lycée de Versailles.

.

.

.

.

 

 

Quand soudain… un os.

 

 

 

.

 

Récapitulons :
j’avais du me fouler une arrête et n’en menais pas large
l’ostéo m’a gentiment démantibulé de toute pièce laissant seul de côté mon cerveau disponible
pour rendre le tout l’heure d’après à la rue baignée de brise ensoleillée
comme on libère un poisson rouge aux eaux riantes du canal.
comme une feuille morte ressuscitée,
comme neuf, un peu ascète.

Un jour je sais, on sera tous yogi, mais d’ici là,
je serions curieux d’entendre quelle bonne raison a la sécu de ne pas rembourser pareilles prouesses.

 

 

Chimère

 

 


 

Au Salagou glou glou,
Ça rigole ah ah ah
Et batifole ih ih
Entre les crapeaux gras
Al Salagol ih ih
Ça picole un peu oui
C’est pour mieux apprécier
L’écart entre l’Elysée
Et l’Salagou glou glou
On rigole ah ah ah
Et batifole oh oh
Bien loin du Macron plat.

.
.

Zondertitle (arf !)

.

.

.

 

.

.

 

Jeter l’encre avec l’eau du bain
la rouille s’assèche en deuil un clin
« pouêt ! » fit un truc
et puis plus rien.

.

.

.

Quelle belle soirée

  
Attendu de longue date par les rois des choux gras, ce non événement a toutefois confirmé que l’hideur est grave. 

Et des tas d’urgences. 


Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 130 autres abonnés