Ode à l’ostéo


Un poil d’attente…

…En chips farcie de sable froid à grumeaux je me livre.

Sous ses doigts mes os repoussent

Comme neige au soleil,

Mes nerfs refilent doux, ma viande s’attendrit

Après une heure de ce programme délicat je sors me diluer en ville comme d’autres à Jumièges

je suis l’œuf sans coquille

mais flambant neuf

et vais me remplumer…

Il faut vraiment qu’on vive une drôle d’époque car plutôt que d’être ministre de la santé elle n’est même pas par la sécu remboursée.

0 Responses to “Ode à l’ostéo”



  1. Laisser un commentaire

s'il vous vient un commentaire, posez-le donc ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.




Antoine b vit dans l'urgence absolue de rentabiliser toute chose, mais le moins possible ou peu s'en faut, et avec son bic six couleurs ou son austère pointe sèche, il longe ce vaste monde que d'aucuns trouvent petit.

le petit vaste monde…

Vous pouvez recevoir à domicile la dernière mouture de ce blog à l'instant T de sa publication.
Il suffit de déposer ici une copie conforme de votre adresse mail

Rejoignez 113 autres abonnés